Trois questions à THIERRY ROCHE, Architecte-urbaniste à Lyon

“La surface des logements peut évoluer et s’adapter en fonction des besoins”

Trois questions à THIERRY ROCHE, Architecte-urbaniste à Lyon
Trois questions à THIERRY ROCHE, Architecte-urbaniste à Lyon

Indicateur Bertrand : Sur quoi repose la demande de grands logements collectifs ?


Thierry Roche : Les grandes surfaces des collectifs, souvent situées au dernier étage, varient entre 120 et 150 m2, rarement plus, mais avec de grandes terrasses végétalisées. C’est le cas à Lyon, où les lignes de ciel des opérations sont plus aérées, favorisant ce type de logement aux vastes terrasses. Ceux qui veulent investir dans ces surfaces, en groupé ou en collectif, cherchent des espaces complémentaires dont on dispose automatiquement en individuel, comme des annexes ou des lieux de rangements. Cependant, il n’existe pas de concurrence entre l’habitat individuel et ces grandes surfaces, car la clientèle n’est pas la même.


I. B. : Quelle est la spécificité des maisons de ville ?


T. R. :Avec une maison de ville, on dispose d’un vrai jardin qui nécessite le rangement du matériel, comme la tondeuse à gazon, les vélos, etc. Alors que l’immeuble collectif proposera un local en sous-sol ou au rez-dechaussée à utilisation collective, en maison de ville, il est possible d’éviter les vélos et les poubelles à tri sélectif dans le garage en travaillant sur l’usage. Ainsi, nous réalisons un rac à vélo sécurisé. Ceux qui recherchent ce type de logement expriment le besoin d’un coin-atelier et de rangements. Quant à l’aménagement, il se décline en général sous forme d’une grande pièce habitée avec cuisine, la pièce parentale étant située au rez-dechaussée et les enfants, à l’étage.


I. B. : Ce type de logement peut-il évoluer ?


T. R. : Dans certains cas, oui. Ainsi, nous réalisons des maisons à Saint-Priest, sur les Hauts de Feuilly, qui ont la particularité d’être “passives” mais aussi évolutives. Nous avons conçu un grand volume de séjour avec des fenêtres en hauteur pour donner la possibilité de positionner un futur plancher. Une fois celui-ci posé, le séjour disposera encore de 2,50 m de hauteur sous plafond. Pour éviter d’ajouter des excroissances, la terrasse couverte en prolongement du garage permettra aussi de récupérer une pièce supplémentaire. Ce type de demande émane plutôt de primo-accédants qui ont un ou deux enfants et prévoient d’agrandir encore leur famille. Ainsi, en habitat individuel, le logement évolutif permet de passer d’un 4-pièces à un 5-pièces. C’est un argument qui a sensibilisé la municipalité car, ainsi, la naissance d’un nouvel enfant n’est pas synonyme de déménagement pour la famille.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur