1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. TROIS QUESTIONS À PHILIPPE DE LONGEVIALLE Adjoint à l’urbanisme à Grenoble

TROIS QUESTIONS À PHILIPPE DE LONGEVIALLE Adjoint à l’urbanisme à Grenoble

“Nous allons créer 4 000 logements près du Polygone scientifique”

TROIS QUESTIONS À PHILIPPE DE LONGEVIALLE Adjoint à l’urbanisme à Grenoble
TROIS QUESTIONS À PHILIPPE DE LONGEVIALLE Adjoint à l’urbanisme à Grenoble

Indicateur Bertrand : Remettez-vous en question les choix de Grenoble au niveau environnemental ?


Philippe de Longevialle : Non, au contraire. Nous inscrirons la politique environnementale dans le cadre de notre schéma de développement durable, mais nos bases seront plus pragmatiques. Nous voulons faire baisser les coûts fonciers pour rendre le logement plus accessible et réhabiliter 1 000 copropriétés par an. Le partenariat avec les promoteurs sera renforcé, afin que Grenoble maintienne son avance sur la qualité énergétique des ouvrages et produise plus de bâtiments basse consommation, voire à énergie positive.


I. B. : Et quelles caractéristiques environnementales imposerezvous à l’immobilier neuf ?


P. d. L. : Celles de la Zac de Bonne, c’est-à-dire toit photovoltaïque, végétalisation des murs, isolation par l’extérieur, espaces de pleine terre... La nappe phréatique pose des problèmes de construction, mais elle offre des possibilités de climatisation. Grenoble est l’une des rares villes à maîtriser son approvisionnement énergétique, via une compagnie locale utilisant des déchets ménagers. Quand le chauffage urbain se trouve en pied d’immeuble, nous demandons aux promoteurs de l’utiliser.


I. B. : Quels projets majeurs allez-vous lancer ?


P. d. L. :Notre mission est de retisser les liens entre les quartiers et de redonner de l’esthétisme à Grenoble. De grands enjeux de rénovation urbaine se jouent sur les quartiers Sud à dominante de logements sociaux, comme la Villeneuve (75 millions d’euros, financés par l’Agence nationale pour le renouvellement urbain). Notre grand projet “Coeur de ville, coeur d’agglo” part à la reconquête du centre-ville, assez petit, en l’étoffant de quartiers tels que Bonne et Bouchayer-Viallet. Les quais de l’Isère seront regagnés sur la voiture en valorisant le Palais de justice, le plus beau bâtiment de la ville. Le très gros projet Giant engage la rénovation du Polygone scientifique, berceau de la science grenobloise (CEA, Synchroton), avec liaison vers le campus. Sur 300 hectares, deux fois la surface de la Confluence, le bâti sera triplé en nouvelles unités de recherche. Nous allons créer autour un quartier de 4000 logements avec résidences pour étudiants, puisque Grenoble est retenue dans le plan Campus. Avec l’Ile de Nantes, ce sera l’un des plus grands projets de la décennie. Après sa modernisation en cours, la gare correspondra aux ambitions de la ville.


















Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur