1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. TROIS QUESTIONS À PATRICK BORÉ, Maire de La Ciotat et vice-président de Marseille Provence Métropole

TROIS QUESTIONS À PATRICK BORÉ, Maire de La Ciotat et vice-président de Marseille Provence Métropole

“Plus de la moitié des logements sont achetés par des Ciotadens”

TROIS QUESTIONS À PATRICK BORÉ, Maire de La Ciotat et vice-président de Marseille Provence Métropole
TROIS QUESTIONS À PATRICK BORÉ, Maire de La Ciotat et vice-président de Marseille Provence Métropole

Indicateur Bertrand : Pourquoi La Ciotat compte-t-elle tant de projets en cours ?


Patrick Boré : Lors de notre arrivée à la mairie en 2001, le Pos (Plan d’occupation des sols) applicable était très ancien, plusieurs nouvelles versions ayant été successivement attaquées et annulées. Or, sans outil d’aménagement du territoire solide, il était difficile d’agir. C’est pourquoi nous avons commencé, en septembre 2001, à élaborer un PLU (Plan local d’urbanisme) qui a mis cinq ans à être effectif. Grâce à un travail de concertation, nous n’avons pas connu de recours. Avant d’agir, nous sommes ainsi partis du principe que les priorités du mandat précédent étaient de mettre en place les outils nécessaires. Nous avons tenu à intégrer très tôt dans le PLU un pourcentage favorisant la mixité, avec 50 % de logements sociaux, dont 20 % de logements à coûts maîtrisés, avec un prix de sortie compris entre 2500 et 2 700 €le m2.


I. B. : Entre rénovation et chantiers neufs, quelles sont les priorités ?


P. B. : Nous avons dû agir sur le centre ancien, car il existait des risques de saturnisme. Ainsi, nous avons lancé un périmètre de restauration immobilière (PRI) sur 13 ha dans le coeur de la vieille ville en 2001. Nous avons a été à l’origine d’une Opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) avec la possibilité, pour les propriétaires, de bénéficier de subventions. L’objectif est de rénover le coeur de ville afin d’y redynamiser les commerces. Par ailleurs, l’un des principaux chantiers concerne une Zac, celle de la Source du Pré, comprenant 250 logements sur 7 ha, mais aussi une résidence hôtelière et un collège qui ouvrira ses portes cette année. Dans la vieille ville, nous utilisons une friche pour réaliser l’Ilot Saint-Jacques, 67 logements dont la moitié en accession. Nous répondons ainsi à une vraie demande locale, puisque en définitive, 55 à 60 % des logements proposés sont achetés par des Ciotadens.


I. B. : Le front de mer connaît aussi des changements...


P. B. : Outre le fait que La Ciotat, avec le soutien de l’ensemble des collectivités territoriales, a tout mis en oeuvre pour développer une activité industrielle avec le pôle Marine, la ville dispose d’un front de mer qui représente la partie touristique de la commune. Du port de Saint-Jean au casino, la promenade a été réaménagée et, en concertation avec la Communauté urbaine, nous projetons de la prolonger jusque dans la vieille ville.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur