1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. TROIS QUESTIONS À MAÎTRE MIREILLE DURAND-GUÉRIOT Présidente de la Chambre des notaires des Bouches-du-Rhône

TROIS QUESTIONS À MAÎTRE MIREILLE DURAND-GUÉRIOT Présidente de la Chambre des notaires des Bouches-du-Rhône

“Acheter dans le neuf, c’est s’offrir la tranquillité d’esprit pendant 10 à 15 ans”

TROIS QUESTIONS À MAÎTRE MIREILLE DURAND-GUÉRIOT Présidente de la Chambre des notaires des Bouches-du-Rhône
TROIS QUESTIONS À MAÎTRE MIREILLE DURAND-GUÉRIOT Présidente de la Chambre des notaires des Bouches-du-Rhône

Indicateur Bertrand : Les dispositifs fiscaux sont-ils plus intéressants dans le neuf que dans l’ancien ? Mireille Durand-Guériot : Oui. Depuis de nombreuses années, à la faveur d’une politique incitative récurrente en faveur de la construction, se sont succédé différents dispositifs très attrayants de défiscalisation. L’objectif : inciter les particuliers à investir pour bénéficier des réductions d’impôt ; l’endettement corrélatif étant supposé couvert par des rentrées locatives. En contrepartie, les propriétaires prennent des engagements de location (sur des durées ou des montants imposés par le législateur). Cependant, avant de se lancer dans un tel investissement, un conseil de bon sens : prenez un papier et un stylo, et faites vos comptes. Il y a un vrai calcul à effectuer, pour savoir si c’est réellement intéressant. Cela peut l’être, mais c’est une question de patrimoine. Cette fiscalité avantageuse l’est particulièrement pour des gens qui payent vraiment beaucoup d’impôts. En clair, si l’on paye 5000€d’impôts par an, cela n’est pas forcément intéressant, compte tenu des contraintes de ce type d’investissement. Si l’on en paye 50 000, cela peut le devenir !


I. B. : Les frais d’acquisition sont-ils moins importants dans le neuf ?


M. D.-G : Oui, mais c’est un abus de langage. En effet, dans l’ancien, il y a des droits d’enregistrement à payer en plus du prix “de base” (environ 6 %). Dans le neuf, les taxes à la charge de l’acquéreur sont moins élevées. En effet, il ne paye que la taxe de publicité foncière (0,715 %). Toutefois, il paie la TVA (au taux de 19,6 %). Mais cet impôt est plus indolore que les droits d’enregistrement, car le prix d’acquisition est mentionné taxes comprises, et la taxe est payée par le vendeur. Dans les deux cas, la rémunération du notaire est calculée sur le prix de vente du bien. Celle-ci est sensiblement minorée lorsque le logement neuf a fait l’objet d’un programme immobilier.


I. B. : Ces frais d’acquisition réduits permettent-ils de compenser des prix au m2 plus élevés ?


M. D.-G. : C’est un élément attractif. Là aussi, il y a un calcul à faire. Mais acheter dans le neuf, c’est surtout s’offrir une tranquillité d’esprit pendant 10 à 15 ans. En effet, c’est la durée pendant laquelle on s’épargne des travaux de copropriété importants. Le neuf, c’est naturellement un logement en bon état, qui vous dispensera de travaux pendant longtemps. Pas de problème de toiture, d’étanchéité... Rien à régler, si ce n’est les charges courantes de copropriété. Ça mérite sans doute de payer un peu plus cher au départ, pour faire ensuite des économies sur le long terme.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur