Trois questions à Maël Bernier

Porte-parole du courtier Meilleurtaux

Trois questions à Maël Bernier
Trois questions à Maël Bernier

Les taux ont remonté ces derniers mois. Le mouvement se poursuit-il ?


La tendance est plutôt à la stabilité, voire à une légère baisse. Submergées par les demandes de renégociation, les banques avaient mis le holà en rehaussant légèrement leurs taux. Mais aujourd’hui, la situation s’est quelque peu régulée et les banques sont à la recherche de nouveaux clients, avec une volonté d’attirer les bons profils en proposant des taux en légère baisse aux excellents dossiers.


 


Les conditions d’octroi restent-elles drastiques ?


Dans un contexte de crise et de baisse des prix de l’immobilier, les banques prennent des risques mesurés. Elles demandent un apport personnel de 10 % du prix du bien et vérifient la régularité des revenus, la stabilité professionnelle… Mais on peut encore emprunter, surtout en faisant appel à un courtier, qui connaît bien les banques.


 


Pour financer un achat-revente, le recours au prêt relais reste-t-il possible ?


Oui, mais compte tenu des délais de vente dans certaines régions, nous conseillons plutôt de vendre avant de racheter. Les banques tiennent compte de la tendance baissière des prix, prennent deux ou trois avis de valeurs de professionnels et ne prêtent pas plus de 70 % de la valeur estimée, déduction faite des crédits en cours. Ou plus si elles font estimer le logement, ou si celui-ci est sous compromis de vente et que le délai de rétractation de 7 jours est passé ou les conditions suspensives, levées.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur