1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. TROIS QUESTIONS À JEAN-YVES MANO Adjoint au maire de Paris en charge du logement

TROIS QUESTIONS À JEAN-YVES MANO Adjoint au maire de Paris en charge du logement

“Nous développons des prêts qui favorisent l’accession à la propriété des Parisiens”

TROIS QUESTIONS À JEAN-YVES MANO Adjoint au maire de Paris en charge du logement
TROIS QUESTIONS À JEAN-YVES MANO Adjoint au maire de Paris en charge du logement

Indicateur Bertrand : À quel niveau estimez-vous la production neuve du futur ?


Jean-Yves Mano : Sur les zones d’aménagement qui arriveront en production au cours de cette mandature, 13 000 à 15 000 logements neufs pourront être construits dans le cadre du PLU. En dehors des grandes Zac, telles que Paris Nord-Est ou Clichy- Batignolles, il y a du potentiel, notamment sur certains terrains de l’État. J’en veux pour preuve le programme de 360 logements, incluant 50 % de logements sociaux et autant de lots en accession à la propriété, qui verra le jour à Auteuil, dans le 16e... 360 logements, ce n’est pas négligeable à Paris ! Dès que nous le pouvons, nous construisons des logements neufs. Dans notre programmation 2007, 60 % des 6 000 logements sociaux financés ont été construits de A à Z ou réhabilités lourdement, soit considérés comme neufs.


I. B. : Les tarifs approchent parfois 10 000 €/m2. Allez-vous pratiquer des prix maîtrisés, voire de l’accession sociale ?


J.-Y. M. :Certaines communes demandent que des lots soient vendus à leurs habitants en encadrant les prix de sortie. Tout cela part de bonnes intentions, mais, honnêtement, je ne vois pas comment mettre en oeuvre ces dispositifs à Paris. L’accession sociale ne serait pas réaliste, trop peu significative en nombre parce que le foncier est rare. Sur les Zac, nous avons plutôt choisi de mener une politique active de développement du logement locatif social, à hauteur de 50 % de la production. Nous laissons aussi de l’espace à l’investissement privé à loyer maîtrisé à 16 €/m2 car, ne l’oublions pas, 62 % des Parisiens sont locataires. Des accords sont passés dans ce sens avec des opérateurs institutionnels pour maintenir sur la ville des couches moyennes, que les loyers privés à 25-30 €/m2 relègueraient en banlieue. Envue de favoriser l’accession, nous développons deux produits : le Prêt Paris logement et le Prêt parcours résidentiel pour les locataires de logements sociaux qui souhaitent devenir propriétaires mais pas en HLM, déjà trop peu nombreux sur Paris ! Le premier prêt se monte à 36 000 €pour un couple et le second, jusqu’à 90 000 € pour une famille. Ce système est plus équitable que l’accession sociale, qui ne concernerait que quelques logements. En outre, il est adapté à l’immobilier ancien comme au neuf.


I. B. : Qu’en est-il de la libération de terrains de l’État annoncée par le gouvernement ?


J.-Y. M. : Christine Boutin a annoncé 23 terrains, dont 21 étaient déjà connus et quasi financés. S’ajoutent à cela une petite opération d’une quinzaine de logements dans le 17e et surtout, la caserne de Reuilly, qui mutera d’ici trois à quatre ans sous la supervision de l’Architecte des bâtiments de France.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur