1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. Trois QUESTIONS À DOMINIQUE ROBERT Directrice commerciale de Réunion Direct

Trois QUESTIONS À DOMINIQUE ROBERT Directrice commerciale de Réunion Direct

“Le suivi de la gestion du bien est primordial”

Trois QUESTIONS À DOMINIQUE ROBERT Directrice commerciale de Réunion Direct
Trois QUESTIONS À DOMINIQUE ROBERT Directrice commerciale de Réunion Direct

Indicateur Bertrand : Comment bien investir au soleil quand on est éloigné, à 10 000 km du bien visé ?


Dominique Robert : D’abord, il faut commencer par traiter avec un promoteur ou un gérant qui a un pied sur place mais également des bureaux dans la région de résidence de l’investisseur. Ce type d’achat nécessite obligatoirement des rendez-vous de visu car il y a toujours des questions complémentaires dont les réponses ne sont pas sur les plaquettes des promoteurs. Outre la sécurité du programme, à savoir l’engagement du promoteur de livrer les biens dans les temps, le deuxième point de vigilance est la garantie de location à des prix raisonnables. Notre société, via un accès Internet sécurisé, permet aux investisseurs, par exemple, de suivre son compte de gestion.


I. B. : En quoi consiste ce suivi de compte de gestion ?


D. R. : En quelques clics, l’investisseur peut consulter le profil des locataires, leur date d’entrée dans les lieux, la date de virement du loyer, la provision de charges demandée. Bref, il suit en temps réel l’évolution de la gestion de son bien. Ceci permet d’éviter les mauvaises surprises de vacance locative ou encore des loyers déconnectés des prix annoncés au départ.


I. B. : Comment revendre au mieux son bien quand on est aussi loin ?


D. R. : Afin d’assurer une continuité, je conseille toujours aux investisseurs de confier à la même structure la gestion locative de leur bien et la gestion de la revente. Forte de l’historique sur les travaux, les matériaux utilisés, les qualités et les défauts de l’appartement ou de la maison , l’agence a toutes les cartes en main pour revendre au mieux le bien. Côté plus-value, je précise toujours à mes clients qu’à Saint-Denis de La Réunion, par exemple, la revente se fera au prix d’achat avec une décote de 5% sur le bien. Pour espérer des gains plus conséquents, mieux vaut investir dans un ensemble immobilier mixant les investisseurs locaux (achat comme résidence principale) et métropolitains. Au bout des cinq ou six ans, le terme du dispositif de défiscalisation, il devrait logiquement y avoir moins de biens en vente que dans une résidence où les investisseurs sont tous des métropolitains. Et donc tous susceptibles de vouloir revendre en même temps.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur