1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. TROIS QUESTIONS À ALAIN FILLOLA Maire de Balma-Gramont et vice-président du Grand Toulouse

TROIS QUESTIONS À ALAIN FILLOLA Maire de Balma-Gramont et vice-président du Grand Toulouse

“ Les Zac répondent à la demande des populations nouvelles”

TROIS QUESTIONS À ALAIN FILLOLA Maire de Balma-Gramont et vice-président du Grand Toulouse
TROIS QUESTIONS À ALAIN FILLOLA Maire de Balma-Gramont et vice-président du Grand Toulouse

Indicateur Bertrand : Que représentent les Zac dans l’agglomération toulousaine ?


Alain Fillola : Nous comptons 14 opérations sur ces zones, certaines étant très avancées, ainsi que deux projets de pôles de compétence avec le Cancéropole et Aérospace Campus. L’ensemble représente 1 300 ha sur le territoire de l’agglomération, et à terme, 10 000 logements et plus de 1,5 million de m2 Shon (Surface hors oeuvre nette) d’activités diverses. L’agglomération veut développer l’aménagement urbain sous forme de Zac publiques et traiter celles-ci comme de véritables quartiers, dans le respect de l’identité des communes où elles se trouvent.


I. B. : Est-ce un outil de maîtrise de l’étalement urbain ?


A. F. : Clairement, oui. Dans le cadre de la préparation du Scot (Schéma de cohérence territoriale), nous avions posé le constat d’une évolution constante de la population, de l’ordre de 15 000 habitants chaque année. Or, avant de les loger, il était nécessaire de mener une réflexion sur la façon de les loger ! La solution passait, entre autres, par la logique de développement de Zac sur l’ensemble du territoire avec une cohérence, chacune étant traitée comme une entité, c’est-à-dire avec une mixité de logements, des équipements publics. Cela apporte à la fois une réponse au trajet domicile-travail tout en apportant une réponse concrète à la problématique des transports en commun grâce au raccordement des différents réseaux. Nous avons lancé des études dans trois grands secteurs, le Nord-Est, recouvrant la vallée de l’Hers, l’Ouest avec Blagnac et le boulevard urbain nord. Cette pré-programmation urbaine a permis d’avoir une visibilité jusqu’à l’horizon 2030, dans l’est de l’agglomération avec le développement de grandes réserves foncières et, à l’ouest, avec une perspective de renouvellement urbain qui accompagne le développement d’activités.


I. B. : Que se passera-t-il lors du passage en communauté urbaine ?


A. F. :Ce passage, qui élargira le territoire de l’agglomération, mettra en cohérence un aménagement urbain déjà clairement exprimé dans le Scot. Dans cette optique, la Zac est l’outil permettant de structurer un territoire cohérent, tout en répondant à la demande de l’activité économique, mais aussi des populations nouvelles. Nous sommes bien engagés dans une logique de contrôle et de frein à toute spéculation.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur