Toulouse prépare son avenir dans le neuf

En produisant une offre soutenue de logements neufs, la métropole toulousaine répond à une forte croissance économique associée à une hausse démographique ininterrompue.

Toulouse prépare son avenir dans le neuf
Toulouse prépare son avenir dans le neuf

Toulouse a, depuis des années, acquis ses lettres de noblesse dans le concert des grandes métropoles françaises. Bien sûr, la capitale du Midi-Pyrénées laisse à ses visiteurs le soin découvrir la Cité de l’Espace, de flâner sur ses célèbres ponts enjambant la Garonne, au bord des fontaines, devant le Capitole aux huit colonnes de marbre rose ou sur la place Wilson. Mais, à seulement une heure de Paris en avion, la désormais quatrième ville de France compte, avec son aire urbaine, 1,2 million d’habitants et 20 000 nouveaux arrivants chaque année ! Et ces arrivées ne sont pas sans lien avec la croissance économique d’un territoire aux multiples ressources : en l’espace de dix ans, 85 000 emplois ont été créés pour 30 000 entreprises supplémentaires. Outre son tissu de PME sur lequel l’agglomération s’appuie, Toulouse compte quatre pôles de compétitivité : le plus connu est évidemment Aerospace Valley, pôle de compétitivité mondial autour de l’aéronautique, de l’espace et des systèmes embarqués. Mais il faut aussi compter sur le pôle axé sur l’agriculture et l’agro-alimentaire, sur celui dédié à la lutte contre le cancer et, enfin, le pôle consacré à l’eau.


 


Une forte demande de logements neufs


Comme le souligne la Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse (CCIT) dans un rapport présenté fin mars, « en 2011, la branche des industries agricole et alimentaire connaît pour la deuxième année consécutive une accélération de son volume d’affaires (+6.9 % après +3.9 %), avec en prime une forte progression des effectifs salariés (+5.6 %) », tandis que, dans le secteur aéronautique, « les résultats records enregistrés en 2011 par Airbus dopent la croissance de la branche tant en termes de volume d’affaires que d’emploi salarié (respectivement +7.7 % et +4.1 %). Forts de carnets de commandes très bien remplis et en dépit d’un rétrécissement des marges, les chefs d’entreprise espèrent une année 2012 similaire, avec toutefois une baisse pressentie du rythme d’embauches ». Et c’est sans compter sur le potentiel de la troisième ville universitaire de France – 94 000 étudiants et un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) – qui a décroché en février le très couru label Initiative d’excellence (Idex). « Le marché du logement neuf est porté par une demande forte, elle-même nourrie par une croissance économique de ces principaux secteurs d’activité », constate Alexandra François-Cuxac, promoteur et présidente de l’ObserveR de l’immobilier toulousain. Ce n’est pas un marché  spéculatif et son volume d’activité est pérenne depuis plus de dix ans et directement lié au développement de cette région. » L’armature économique toulousaine, alimentée par une croissance démographique soutenue, permet, on l’aura compris, de disposer de conditions idéales pour un marché du logement neuf. « Le marché toulousain possède une dynamique basée sur une économie réelle qui génère l’arrivée annuelle de 10 000 ménages supplémentaires sur l’agglomération avec de nombreux départs et arrivées, souligne Laurent Nicolas, directeur régional Midi-Pyrénées d’Icade Promotion. Et il n’y a donc pas ici de spéculation sur des marchés locatifs s’appuyant sur un socle économique réel. »



Un marché lié à des projets porteurs



En 2012, ce sont ainsi pas moins de 12 ZAC qui prospèrent dans l’agglomération, avec d’importants rythmes de production : « Sur la période 2011-2017, l’objectif est de permettre la production de foncier pour aménager 2 000 logements par an, explique Emmanuel de Séverac, directeur général d’Oppidéa, la SEM du Grand Toulouse, résultat de la fusion des trois SEM toulousaines. Il s’agit de réaliser une partie de la production du territoire qui permettra d’accueillir 5 000 nouveaux habitants par an sur 15 000, soit un tiers de la réponse nécessaire en la matière. » En 2012, de nombreux logements de ces nouveaux quartiers devraient être occupés : pour Andromède, sise sur les communes de Beauzelle et de Blagnac, on attend un millier d’habitants supplémentaires. Nexity y lance ainsi le programme en BBC baptisé Opus 11, composé de villas individuelles et de maisons de ville avec jardin, pour une réception à partir du 2e trimestre 2013. La ZAC de Vidailhan, à Balma, récompensée au Palmarès national Écoquartier 2011, va aussi recevoir un millier d’habitants cette année, tout comme le quartier Niel, à Toulouse. Pour Tucard, quartier implanté sur la commune de Saint-Orens et censé répondre à la forte croissance démographique que connaît le Grand Toulouse, 500 nouveaux habitants sont attendus. C’est ici qu’Icade Promotion livre cet été sa première opération BBC avec la résidence Les Muriers. De nouveaux projets prennent le relais, comme les écoquartiers des Ramassiers à Colomiers ou la ZAC de Saint-Martin-du-Touch qui prévoit la création de 1 500 logements à partir de 2014 sur un grand secteur d’activité, avec des bureaux et des locaux pour artisans. On pourrait encore citer l’ambitieux projet de Toulouse Montaudran Aérospace qui mêle pôle universitaire et lieux de vie, avec un millier de logements. C’est non loin que prend place le nouveau quartier de la ZAC Saint-Exupéry, où Icade Promotion réalise les Mémoires de roses, entre 3 700 et 3 900 €/m2, pour la livraison d’une première tranche au 2e trimestre 2013.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur