Surveiller l’environnement

Prenez le temps de consulter, à la mairie, le PLU, le plan local d’urbanisme. Celui-ci vous donnera une idée de l'évolution de l’environnement du terrain que vous convoitez, et vous précisera les règles de construction applicables selon les zones de la commune. Les règles locales d’urbanisme peuvent parfois être strictes afin, par exemple, de conserver l’harmonie d’un quartier protégé ou de préserver la proximité d’une zone naturelle. Vérifiez la surface, ainsi que les limites du terrain : la superficie et les limites mentionnées au cadastre n’ont qu’une valeur indicative. Hors lotissement, le bornage n’est pas une obligation pour le vendeur, mais l’avant-contrat et l’acte de vente doivent toujours préciser si le descriptif du terrain résulte ou non d’un bornage. Cette opération, effectuée par un géomètre-expert, permet de fixer la limite séparant deux propriétés. Le bornage ne vous donnera pas directement la surface, mais vous permettra de la calculer. Vous avez donc intérêt, soit à le demander au vendeur, soit à le faire établir par vos soins.

Surveiller l’environnement
Surveiller l’environnement

Son coût s’ajoutera à celui du terrain, mais il vous permettra de lever d’éventuelles incertitudes quant aux limites de votre propriété et d’éviter des erreurs d’implantation de la maison ou des clôtures. Enfin, quand on achète un terrain, on peut parfois avoir de mauvaises surprises. Par exemple, si des servitudes privées existent (droit de passage, canalisations ou câbles souterrains…), celles-ci peuvent vous gêner pour construire et dévaluer votre terrain. Si vous avez un doute sur la nature du sol, vous aurez intérêt à demander à un expert de procéder à une étude du terrain. Son coût s’ajoutera alors au prix de la maison et, en cas de soussol instable, humidité ou pente, le surcoût sera à imputer sur le prix de la construction.


Services