S'embourgeoiser dans les Hauts-de-Seine

Les Hauts-de-Seine forment un gros croissant qui longe Paris. Mais, jusqu'à présent, seule une partie du croissant était au beurre. Du côté de Neuilly-sur-Seine, de Saint- Cloud ou de Garches. Maintenant c'est à La Défense et à ses communes voisines de s'embourgeoiser. Un grand plan de renouveau du premier quartier d'affaires européen vient d'être lancé : d'ici à 2013, 450 000 m2 de bureaux viendront s'additionner aux 3 millions existants et, sur le site, 1 400 logements seront construits pour accueillir 5 000 habitants supplémentaires. Au terme de l'opération, le "village" de La Défense comptera 25 000 résidents et des tours à faire pâlir d'envie l'Asie et l'Amérique. "Nous aurons 300 000 m2 de tours très novatrices,d'une plus grande hauteur, voisine de 300 mètres, et d'une qualité exceptionnelle tant sur le plan de l'architecture que du développement durable.Nous enregistrons déjà beaucoup de demandes d'investisseurs venues du monde entier", se réjouit Bernard Bled, le directeur de l'Epad (Etablissement public pour l'aménagement de la région La Défense). La Défense est aussi devenue le premier pôle de transport intermodal du monde, desservi par le train, la ligne 1 du métro et le RER A. "Il ne nous manque que l'avion, ironise l'aménageur. Près de 9 salariés sur 10 viennent travailler en transports en commun : le rêve de Bertrand Delanoë !" Une étude vient de révéler que ces salariés, cadres pour la très grande majorité, habitent l'ouest : 25 % à Paris, 22 % dans les Hauts-de-Seine, 18 % dans les Yvelines et 9 % dans le Val-d'Oise. Dans son plan de renouveau, l'Epad propose donc de conforter la desserte de transports en commun en prolongeant Eole jusqu'à La Défense, puis vers le Mantois.

S'embourgeoiser dans les Hauts-de-Seine
S'embourgeoiser dans les Hauts-de-Seine

Du neuf près de La Défense.


Dans la perspective du lifting de La Défense, des communes qui ne payaient pas de mine refont surface. Colombes par exemple. L'ancienne ville de la "banlieue rouge" est dirigée d'une main de maître par la maire UMP Nicole Goueta. Dans l'attente du tramway qui reliera le pont de Bezons à La Défense, le boulevard Charles-de-Gaulle change à vue d'oeil avec de nouveaux programmes de bureaux et d'habitat. L'autre grande artère de la ville, le boulevard de Stalingrad, fait aussi peau neuve. A près de 4 000 e/m2, on peut s'offrir un appartement, voire une maison, de Cogedim, d'Atemi, du groupe Hoche ou de Montroyal. Situé de la même façon sur le passage du tramway, le quartier des Champs-Philippe, à La Garenne-Colombes, s'apprête à vivre son heure de gloire avec la construction de 1 200 logements.


Nanterre change.


Autre ville présentant des opportunités : Nanterre. "On sent à peine frémir cette commune en ce moment, mais c'est l'une de celles qui vont vraiment changer dans les deux ans à venir", signale Patricia Teulet, la directrice de l'Adil (Agence départementale d'information sur le logement) des Hauts-de-Seine. De Nanterre, on ne connaît que les cités HLM. C'est un tort. La ville est aussi constituée d'une foule de coins accueillants, comme son centre-ville ou le quartier du mont Valérien qui offre un habitat individuel important. Derrière La Défense, se met en marche un formidable aménagement, à base de terrasses, de pelouses et de très beaux immeubles de bureaux. Cela va changer définitivement l'image de la ville. Bouygues Immobilier, Nexity Seeri et Cogedim commercialisent en ce moment des programmes à suivre de près.


Les villes "arrondissements de Paris".


Des villes des Hauts-de-Seine ont prouvé qu'elles avaient la capacité de devenir des "petits Paris". Ce sont Boulogne, Issy-les- Moulineaux et Levallois.Toutes trois présentent les mêmes caractéristiques : elles jouxtent Paris et bénéficient d'accès au métro. Mais les prix de l'immobilier sont aussi comparables à ceux de la capitale, frisant les 6 000 à 7 000 e/m2 et même plus. Ici, on peut s'offrir ce qu'on ne trouve plus à Paris, à moins d'avoir le compte en banque d'un émir ou d'une rock star : une maison en coeur de ville. Bouwfonds Marignan propose par exemple des villas à partir de 835 000 e en plein centre de Levallois, près de la mairie et du métro. A Boulogne, s'est engagé le réaménagement de l'île Seguin et des quartiers environnants, donnant naissance dans un premier temps aux luxueux programmes du Trapèze, sur les bords de Seine. Promoteurs présents : Vinci Immobilier, Nexity et Icade Capri. Egalement près des bords de Seine, mais à Issy, Sefri-Cime, notamment, commercialise une série de programmes d'un certain calibre. Issy-les-Moulineaux est devenue une vraie ville durant ces vingt dernières années, gagnant près de 15 000 habitants et 50 000 emplois. Greffé de toutes pièces, son centre-ville s'anime comme un quartier de Paris, avec des bistrots et une enseigne Monoprix de la taille d'un hyper à faire craquer.


#Vivre près des dieux du stade


Restons près de Paris et abordons le nord : la Seine-Saint-Denis. Avec ses 230 km2, ce département aux 40 communes est l'un des plus petits de France. Comme les Hautsde- Seine, il a sa locomotive : le Stade de France. Cette année, la pelouse accueillera la Coupe du monde de rugby, mais aussi la finale de la Ligue et de la Coupe de France. En libérant de vastes friches, la désindustrialisation a finalement eu du bon pour le secteur : elle lui a permis de se régénérer et de créer, dans le sillage du stade, des quartiers d'une bonne tenue architecturale et environnementale. Saint-Denis est ainsi devenue l'une des communes les plus bâtisseuses d'Ile-de-France avec un rythme de construction d'environ 1 500 logements par an. Les prix sont abordables, de l'ordre de 3 200 e/m2. La ville bénéficie de bonnes infrastructures de transport : métro, RER, autoroutes (dont l'A86) et, si l'on est bon marcheur, on peut se rendre à Paris à pied depuis le stade.


Nouveau souffle à Epinay.


Certaines villes du département entament de leur côté une restructuration. C'est le cas d'Epinay qui vient de signer une convention de renouvellement urbain. Quatre quartiers sont concernés, avec à la clé la démolition de 700 logements et la construction de 1300 autres. "Faire respirer le quartier d'Orgemont est le principal objectif du projet urbain du secteur", annonce la Ville. Le réaménagement du parc se précise avec la création de nouvelles allées, d'une place à proximité de l'école maternelle Anatole France et d'aires de jeux. Icade Capri a lancé au coeur du quartier un programme d'appartements et de maisons de ville, à partir de 127 000 e le 2-pièces de 40 m2. Miser sur Aubervilliers, la voisine de Saint-Denis, n'est pas non plus dénué d'intérêt : la ville dispose du métro, de solides réserves foncières et de prix très attractifs pour la première couronne.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur