Rennes : le temps des mutations

Migrations, décohabitations, économies d'espace pour les générations futures font évoluer la politique urbaine rennaise. Visite d'une métropole qui gère ses mutations.

Rennes : le temps des mutations
Rennes : le temps des mutations

Rennes joue le rôle d'un aimant. A elle seule, la métropole concentre le quart de l'emploi breton et son magnétisme se fait sentir jusque sur les bancs de l'université : selon le recensement de 1999, environ le cinquième de ses étudiants n'était pas breton, mais ligérien ou même francilien. Le même recensement a mis en lumière la forte croissance de la population, particulièrement sensible dans des bourgs comme Bruz, Pacé, Saint-Grégoire ou Vern-sur- Seiche qui ont doublé de taille entre 1975 et 1999. Les 3/4 des nouvelles populations se sont installées en périphérie et, à l'horizon 2010, Rennes métropole devrait compter 420 000 habitants, ville-centre comprise, soit 100 000 habitants de plus qu'il y a 20 ans. Est-il possible, dans ces conditions, de changer de taille sans perdre son âme ? D'accueillir ou de garder les ménages les plus modestes ?


 

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur