Rennes, developpement urbain et durable

A la relance de la production de logements succèdent des réflexions sur de nouvelles formes d’habitat pour conjuguer développement urbain et durable dans la capitale bretonne.

Rennes, developpement urbain et durable
Rennes, developpement urbain et durable

Les grues occupent le ciel rennais. Pour renouveler le parc, s'adapter aux nouveaux besoins et accueillir les 3 800 à 4 000 personnes qui s'installent chaque année dans l'agglomération, la capitale de la Bretagne estime devoir construire 36 000 logements d'ici 2013. L'objectif affiché par le PLH se situe autour des 4 500 unités par an. Actuellement, on en construit 3 800 chaque année et ce rythme tient une vitesse de croisière depuis 3 ans, à raison de 50 % des livraisons en acquisitions libres, 25 % en locatif social et 25 % pour le parc intermédiaire. Les 31 communes de Rennes Métropole sont mises à contribution, de façon plus ou moins prononcée selon les disponibilités foncières notamment. D'après les services de l'urbanisme, 70 zones d'aménagement concerté (Zac) sont en projet ou en cours d'exploitation sur le secteur. Certaines sortent du lot, avec plus de 1 000 logements programmés sur le site : à l'intérieur de la rocade, à cheval sur Rennes et la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, la Courrouze se redessine ainsi sur le long terme. D'ici 2020, 4 700 logements y verront le jour, ainsi que 40 ha d'espaces verts en lieu et place des terrains militaires du GIAT. La métamorphose du site servira aussi les quartiers voisins : la Pilate et Cleunay sortiront de l'isolement, désormais connectés aux boulevards de la Guérinais, de Cleunay, Mermoz et à la rue Jules-Verne."Hors Zac en cours, les communes disposent aussi de foncier maîtrisé,explique- t-on à Rennes Métropole, des groupes de travail réfléchissent à de nouvelles formes urbaines,avec moins de lotissements,davantage de collectifs".

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur