Quand les taux s’envolent

Il y aussi le Pas (Prêt à l'accession sociale). Si la banque ne vous le propose pas, n’hésitez pas à le demander. Pour l’obtenir, si vous êtes un couple avec deux enfants, vos revenus ne doivent pas dépasser 39 118 euros en région parisienne ou 31 199 euros en province. Le Pas ne vous sera octroyé que pour financer votre résidence principale. Son remboursement peut s’étaler sur 25 ans, à un taux proche de ceux proposés par les banques. Son intérêt est donc ailleurs, notamment dans le fait de pouvoir financer votre opération à 100 %. De plus, il vous rend éligible à l’APL (Aide personnalisée au logement) et ses frais de garantie hypothécaire sont moins élevés que ceux d’un prêt classique. Pour boucler votre plan de financement, reste à vous tourner vers les prêts du secteur libre. Dans ce domaine, les taux ne cessent hélas d’augmenter, si l’on en croit Empruntis.com. “Le taux fixe moyen des prêts immobiliers sur 20 ans a franchi la barre des 5 %, indique-ton chez le courtier. Un niveau jamais atteint depuis 2003”.

Quand les taux s’envolent
Quand les taux s’envolent

Entre le début mai et la mi-juin, la hausse atteint 0,20 %. La raison ? La remontée importante des OAT (Obligations assimilables du Trésor), sur lesquelles s’adossent les prêts à taux fixe. “Dans une situation de marchés financiers très volatiles depuis cet été, les banques avaient reconstitué une partie de leur marge sur les crédits immobiliers pour se positionner de manière attentiste, explique Geoffroy Bragadir, directeur général d’Empruntis. com. La remontée soudaine des OAT a fait disparaître ce surcroît de marge, forçant les banques à remonter leur prix afin de ne pas passer en dessous de leur coût de refinancement”.


Autre élément qui explique en partie ce mouvement : la quasi-certitude d’un relèvement du taux directeur de la Banque centrale européenne. “En effet, les banques de détail anticipent ce nouveau tour de vis de la Banque centrale européenne, qui a pour but de lutter contre l’inflation en relevant le loyer de l’argent à court terme dans la zone euro”, pronostique encore Geoffroy Bragadir. Les conditions de crédit vont devenir moins attractives. C’est déjà le cas, avec le relèvement des taux constaté. Si votre capacité d’endettement est de 1 000 euros par mois, vous ne pouvez plus emprunter que 151 525 euros (au taux de 5 %) aujourd’hui contre 158 065 (au taux de 4,50 %) l’année dernière à la même époque. Autrement dit, votre capacité d’emprunt se réduit de 4 %, tandis que le coût de votre crédit augmente de 7 %. Reste que le taux consenti dépend non seulement de votre profil, mais aussi de la durée du prêt. Les taux fixes de marché servis oscillent, d’après Empruntis.com, entre 4,90 % sur 15 ans et 5,60 % sur 30 ans. L’écart est important, et il évoluera en fonction de l’importance de votre apport, le taux pour les meilleurs dossiers oscillant alors entre 4,50% sur 15 ans et 5 % sur 30 ans. Si vous devez emprunter sur une longue période, sachez que les banques commencent à se montrer réticentes au-delà de 30 ans.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur