PROPRIETAIRE DE SON LOGEMENT

Le premier pas

PROPRIETAIRE DE SON LOGEMENT
PROPRIETAIRE DE SON LOGEMENT

Se lancer seul ou en couple dans un crédit sur vingt, vingt-cinq, voire trente ans, alors qu'on passe à peine le cap de la trentaine et que l'on débarque tout juste sur le marché du travail, "est-ce bien raisonnable ?" Vous vous posez peut-être cette question, légitimement angoissé à l'idée de vous retrouver "coincé" pour les décennies à venir, avec des échéances conséquentes à rembourser. Les incertitudes économiques pèsent, bien des couples ne résistent pas au-delà de cinq ans dans votre entourage... L'achat de votre résidence principale peut vous sembler une démarche écrasante de responsabilités et pourtant, c'est bien entre 30 et 35 ans que se situe l'âge idéal pour devenir propriétaire. "J'ai acheté mon premier appartement à l'âge de 25 ans" témoigne Jean-Jacques, biologiste à l'Inserm. "Quand je suis arrivé à Paris, les loyers me semblaient tellement déments que je n'avais pas envie de payer à perte. Je disposais d'un petit capital de départ de 15 000 e et d'une garantie de l'emploi qui m'ont permis d'acheter un petit 2-pièces dans le 19e arrondissement, avec pas mal de travaux. Je l'ai revendu au bout de trois ans, quand nous avons décidé, avec ma compagne, de vivre ensemble et d'avoir un enfant. J'ai réalisé une belle opération, car il était bien situé et avait pris de la valeur et nous avons pu acheter un 3-pièces dans une résidence neuve et goûter les joies du confort moderne en restant dans le même quartier, que nous apprécions beaucoup". Le parcours de Jean-Jacques n'a rien d'exceptionnel et les professionnels du crédit immobilier constatent que les trois-quarts des détenteurs de prêts "longue durée" - sur 25 ou 30 ans - revendent leur bien avant de passer le cap de 10 ans de crédit. Fort heureusement, vous n'êtes pas "enchaîné" à votre logement jusqu'à la fin de votre prêt ! Avec ses talents de bricoleur et en bénéficiant de la hausse des prix de l'immobilier, Jean- Jacques a réalisé une bonne opération qui reste un grand classique dans la construction d'un patrimoine : jeune, on commence "petit", à la hauteur de ses moyens, pour revendre au bout de quelques années et investir dans un logement plus grand, plus confortable, mieux situé.


Conjoncture favorable


Aujourd'hui, étant donnés les prix, vous êtes presque sûr de revendre en réalisant une plus-value, pour peu que le quartier soit porteur. L'étude réalisée pour le ministère du logement sur la rentabilité de l'accession à la propriété confirme d'ailleurs l'intérêt de l'achat d'un point de vue financier, au regard des conditions actuelles du marché. Par rapport à un loyer, vous devrez consentir un petit effort supplémentaire pendant les premières années, mais deviendrez gagnant sur le long terme car, contrairement à un loyer, les mensualités d'un crédit à taux fixe n'augmenteront pas. Le crédit justement : c'est l'autre argument de poids en faveur de l'achat, et qui décide les moins de trente ans à se lancer. Les taux actuels et les durées de plus en plus allongées proposés par les financiers s'associent pour offrir des opportunités, même à ceux qui arrivent les mains presque vides, avec un tout petit apport financier, voire pas de capital du tout. Evidemment, le sourire de votre banquier sera proportionnel aux garanties que vous pourrez mettre sur la table, mais si vous bénéficiez d'une situation professionnelle solidement assise, ou de la garantie de l'emploi des fonctionnaires, vous arriverez plus facilement à négocier des formules intéressantes. D'après les organismes financiers, les crédits sur 20 ans représentent aujourd'hui 30 % des prêts accordés, contre 6 % il y a six ans. Ces durées permettent de sauter le pas de l'achat à des taux tournant autour de 4,5 %. Un petit bémol s'impose cependant avant d'en "prendre pour 30 ans". Sachez que plus la durée d'emprunt est longue, plus le prêt s'avère coûteux. Les mensualités plus douces se feront ressentir moins douloureusement dans votre vie quotidienne, mais leur coût total se fera plus élevé. Par exemple, pour un prêt de 180 000 €, si vous optez pour une durée de 25 ans au lieu de 15, le coût total de votre crédit double quasiment.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur