Profitez des taux de crédit très attractifs

À 3,22% en moyenne, selon le dernier Observatoire CSA/Crédit Logement, les taux de crédit immobilier n’ont jamais été aussi favorables. Décryptage.

Profitez des taux de crédit très attractifs
Profitez des taux de crédit très attractifs

Chaque mois, les niveaux des taux des prêts immobiliers marquent de nouveaux records. Aujourd’hui, les candidats à l’achat peuvent décrocher un 3,10 % sur 15 ans, et les bons dossiers un 2,60 %. Et ces niveaux ne devraient pas varier pour l’instant. D’abord, parce que le taux directeur de la Banque centrale européenne (BCE) reste avantageux à 0,75 %, certains observateurs tablant même sur une baisse à 0,50 %. Les banques françaises bénéficiant toujours de liquidités, ne devaient pas revoir leurs offres à la hausse. D’autant que l’OAT, référence des banques pour définir leur taux d’intérêt pour les crédits à taux fixe sur 15 ans, maintient cette tendance. Il reflète le taux auquel l’État français emprunte sur dix ans (autour de 2 %).


 


En cas de remontée, les taux resteront avantageux


Une situation durable ? Difficile de le dire, quand deux agences de notations sur trois brandissent leur épée de Damoclès sur l’Hexagone. Car après le retrait du triple À part Standard & Poor’s et Moody’s, Fitch le maintient avec une perspective négative pour 2013. Certes, une nouvelle dégradation devrait faire réagir les marchés. Reste que l’attrait de la dette française ne devrait pas perdre de son lustre auprès des investisseurs institutionnels. Outre l’Allemagne, vers quels autres marchés pourraient-ils se tourner face au contexte dégradé de l’Espagne, de l’Italie, sans parler de la Grèce ? Conséquence : même si les agences de notation accordent leur dégradation, les taux des prêts pourraient remonter de 0,50 % à 1 %. De quoi repasser " du jamais vu " à celui encore très avantageux, " d’extrêmement favorables ".


 


Les clés :

  • Des niveaux de taux qui crèvent les planchers.
  • Des indicateurs qui offrent encore des liquidités aux banques.
  • Une hypothétique faible hausse des taux.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur