1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. Pour quelles raisons faut-il investir dans le dispositif scellier bbc en 2011 ?

Pour quelles raisons faut-il investir dans le dispositif scellier bbc en 2011 ?

Christian de Gournay, président du directoire de Cogedim

Pour quelles raisons faut-il investir dans le dispositif scellier bbc en 2011 ?
Pour quelles raisons faut-il investir dans le dispositif scellier bbc en 2011 ?

Dans la situation actuelle des marchés financiers, l'attrait de la pierre comme investissement est de plus en plus important : c'est un bien réel, qui produit des revenus et potège le capital. En effet, la production insuffisante de logements neufs par rapport aux besoins entraîne naturellement, pour l'investisseur particulier, la valorisation de son bien. Même après le « rabot fiscal », quel meilleur dispositif aujourd'hui que celui du Scellier pour les bâtiments verts ? En choisissant soigneusement son emplacement et la qualité de l'immeuble et de ses prestations, l'investisseur Scellier sera assuré de trouver un locataire solvable, et à terme, en cas de revente, un acheteur lui assurant une plus-value : la valeur verte est bien une valeur… ajoutée.



Christian Rolloy, président-directeur général de Promogim


Même si l'avantage fiscal est désormais « raboté » de 10 %, le dispositif d'investissement locatif Scellier 2011 reste avantageux, avec notamment la mise en place du Scellier BBC et une réduction d'impôt de 22 %.


Je suis convaincu que le Scellier va encore séduire de nombreux investisseurs.


Nous nous sommes engagés très tôt dans le BBC, avec 138 opérations et 8 650 logements en cours de montage ou de construction. Il s'agit d'une révolution technique importante dans le bâtiment, bien au-delà des questions d'éthique ou de défense de l'environnement. Proposer des opérations BBC, c'est aller dans le sens des économies d'énergie. Les bâtiments que nous construisons aujourd'hui sont plus économiques, et le consommateur va le constater très rapidement. L'acquéreur aura des factures d'énergie moins importantes, et le locataire fera le choix d'un loyer avec moins de charges.


Les biens non-BBC vont très rapidement être décotés, car les acheteurs voudront acheter BBC.



Alain Dinin, président-directeur général de Nexity


La réglementation se durcit pour rendre les logements plus économes en énergie. Il est assez logique d'ailleurs que des investissements locatifs fi nancés par l'État – et donc, par les impôts des contribuables, soient plus performants.


Car ce seront les locataires futurs qui payeront une facture d'énergie plus légère. La « valeur verte » est certes incontournable, mais elle ne doit pas faire oublier que les logements anciens n'ont pas ces contraintes, et que l'écart de prix n'en tient pas toujours compte. La « valeur verte » ne doit pas occulter l'enjeu premier : celui de loger les classes moyennes à des prix accessibles.



Guy Nafilyan, président-directeur général de Kaufman & Broad


L'investissement dans un logement BBC bénéficiant de l'amortissement Scellier, qui passe de 25 à 22 %, restera toujours extrêmement attractif en 2011. C'est un moyen pour les Français de se constituer, pour le futur, un complément de retraite.


La plupart des développeurs-constructeurs ont choisi de développer en 2011 des opérations répondant aux normes BBC, et il est dans l'intérêt des acquéreurs d'acheter ce type de produit qui bénéficiera, en cas de revente, d'un avantage concurrentiel important.



Serge Grzybowski, président-directeur général d'Icade


Le développement durable est incontournable, et les techniques de construction actuelles permettent de limiter considérablement les consommations futures d'énergie. C'est donc un gage de réduction de charge, qui est pour le locataire un coût différenciant non négligeable (ainsi, un immeuble construit avant 2004 consomme environ 150 à 175 kwh/m2/an, tandis que ceux réalisés en 2011 consommeront de 45 à 65 kwh/m2/an). En plus de cela, chaque propriétaire doit, depuis peu, produire lors de la vente de son bien, outre un bilan thermique, une fiche de consommation à « lecture rapide » comme celle fournie sur les matériaux électroménagers. La comparaison entre des biens anciens et un produit neuf établira de ce fait la construction d'une nouvelle échelle de valeur dans la détermination des prix de revente. Icade s'engage à construire durablement et développe son off re de produits « verts » en logements, bureaux, cliniques ou commerces. Ces immeubles répondent aux évolutions réglementaires, aux attentes du marché et aux enjeux du développement durable. Dans un contexte où l'acquisition d'un bien immobilier est le moyen le plus sûr de se constituer un patrimoine transmissible, nos réalisations assurent un cadre de vie équilibré, tout en préservant les ressources naturelles.



Jean-Philippe Bourgade, président-directeur général de Bouwfonds Marignan Immobilier


Il est toujours judicieux d'acheter un bien aux dernières normes. D'abord, en raison de l'amélioration évidente qu'il représente : la consommation énergétique des logements BBC est faible (50 kWh/m²/an). Ensuite, parce qu'un tel bien peut faire l'objet d'incitations financières à l'achat (ce sera le cas, l'an prochain, pour les logements BBC acquis par les investisseurs), qu'il est susceptible de se revendre plus rapidement, le cas échéant, et qu'il peut engendrer une plus-value, à terme, plus intéressante.


N'oublions tout de même pas qu'au-delà de l'attrait que représentent aujourd'hui les programmes BBC, le critère de l'emplacement doit rester primordial pour tout achat immobilier, qu'il soit en résidence principale ou en investissement locatif. En effet, un emplacement privilégié est toujours vecteur de plus-value et assure en général des loyers attractifs. D'ailleurs, je terminerai en disant que nos acquéreurs ne s'y trompent pas, car dans nos enquêtes, le premier critère de satisfaction est l'emplacement de nos résidences.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur