Pour les jeunes ménages

C’est évidemment chez les jeunes ménages que le manque d’apport est le plus fréquent. D’autant qu’aujourd’hui, le désir de devenir propriétaire apparaît de plus en plus tôt dans la vie active. Il n’est pas rare de voir des jeunes couples s’investir dans l’acquisition de leur résidence principale dès leur début de vie professionnelle. Les loyers étant élevés, le crédit peu cher, les comptes sont vite faits. “Aujourd’hui, il vaut mieux être propriétaire car nous avons des instruments qui permettent d’emprunter dans des conditions très attractives, à taux fixe, à taux révisable, sur une longue durée, à 100 voire 110 % du prix du bien…”, indique-t-on à l’UCB. Les banquiers ne voient donc pas forcément d’un mauvais oeil le fait que vous n’ayez pas d’apport. Encore faut-il que vous présentiez un bon dossier. Autrement dit, que vous ayez des revenus stables et pas trop de charges par ailleurs (crédits à la consommation, frais de garde pour les enfants, pension alimentaire…). Si vous êtes un jeune couple diplômé, c’est encore mieux. Comme nous l’avons évoqué, les banques n’acceptent pas un endettement supérieur au tiers des revenus. Et plus les revenus sont modestes moins grande est la tolérance des établissements financiers. Emprunter à 100 % comporte un risque supplémentaire pour la banque. Un risque qu’elle vous fera payer. De toute évidence, une question mérite d’être posée : vaut-il mieux acheter tout de suite sans apport, quitte à emprunter sur une très longue durée, ou économiser avant de vous engager ? Les arguments en faveur de l’achat à 100 % ne manquent pas. Les taux de crédit, comme nous l’évoquions plus haut, sont encore très attractifs, bien qu’ils remontent depuis la fin de l’année dernière.

Pour les jeunes ménages
Pour les jeunes ménages

A l’heure actuelle, vous pouvez emprunter à taux fixe autour de 4 % sur 20 ans. Mais, si vous attendez, quelles seront les conditions de crédit que vous obtiendrez dans trois ou quatre ans lorsque vous aurez constitué suffisamment d’apport pour acheter votre logement ? L’expérience des deux dernières années a montré combien les pronostics d’experts pouvaient être contredits par les faits. Il est vrai que l’évolution des taux est tributaire de nombreux facteurs que personne – même les professionnels les plus qualifiés – ne maîtrise vraiment. Une chose semble acquise : les taux ne devraient pas de sitôt retrouver leur niveau de l’année 2005. Il est même fort probable qu’ils augmentent encore d’ici à la fin de l’année. Ils devraient toutefois rester abordables. Selon Empruntis, un courtier en crédit, “une remontée lente et progressive des taux de crédit immobilier se profile. La tendance de fond est bien là. Mais la hausse est plus lente que prévue”.


Reste que pour les années qui viennent, difficile de faire des pronostics… Autre point qui doit être analysé, les prix de l’immobilier qui, malgré le ralentissement du marché, continuent de grimper. Même si c’est dans une moindre mesure que les années précédentes. Bref, il n’est pas certain que vous ayez intérêt à attendre. D’autant que si vous placez de l’argent durant trois ou quatre ans sur un produit d’épargne sans risque, vous ne pourrez guère compter sur un rendement supérieur à 3 ou 4 %.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur