PONTOISE

L'historique

PONTOISE
PONTOISE

Avec ses 30 000 habitants, Pontoise se place au deuxième rang des villes de l'agglomération. Profitant elle aussi du paysage offert par les boucles de l'Oise et les coteaux qui la dominent, la ville symbolise encore le regard des peintres impressionnistes qui y ont séjourné et se sont largement inspirés de ses paysages, de Pissarro à Cézanne ou Van Gogh. Avec sa cathédrale Saint-Maclou, ses fortifications et ses souterrains, Pontoise s'orne d'un joli cœur de ville ancien qui lui confère une atmosphère village, tout en jouissant de tous les équipements de la ville nouvelle.


Ancienne caserne pour nouveau quartier


Situés sur le plateau Saint-Martin, en bordure de l'A15, les 13 hectares de la caserne Bossut, qui n'assure plus de fonction militaire, ont été cédés à la Communauté d'agglomération. Pour Philippe Houillon, le maire de Pontoise : "Le quartier Bossut, proche de Cergy grand centre-Préfecture et tourné vers Pontoise, est une des seules réserves foncières de la commune. Son aménagement constitue donc un enjeu économique et politique au sens large du terme". Quartier de liaison entre les deux "grandes" de l'agglomération, ce secteur devrait bénéficier de projets d'aménagement comme la recomposition du système d'échange avec l'A15 ou la création du pôle de police scientifique de haute technologie, qui devrait voir le jour en 2007. L'ancienne place d'Armes de la caserne sera conservée et deviendra l'espace public majeur du quartier, en conservant la perspective sur la cathédrale et le centre ancien de Pontoise et tout le patrimoine végétal existant. A quoi ressemblera ce nouveau secteur de la ville ? "Tout autour de la place, le nouveau quartier sera structuré en îlots à l'échelle humaine, avec des bâtiments de logements résidentiels. Parallèlement, des activités commerciales et de services, ainsi que des équipements publics tels qu'un groupe scolaire et une crèche seront développés, sans oublier les deux hectares qui restent propriété du Ministère de la Défense pour loger le personnel du futur pôle scientifique" résume-t-on du côté des pouvoirs publics. Toute cette évolution, contenue dans le Plan Local d'Urbanisme de Pontoise est établie depuis le début de l'année et la phase de concertation publique sur la Zac s'est achevée en juin dernier. D'ici un an, les premiers permis de construire devraient être déposés et nulle doute que le quartier Bossut sera alors le digne successeur des Hauts de Cergy en tant que "réserve de nouveaux logements" de l'agglomération.


Des appartements en cœur de ville


Pour l'heure, c'est aux abords du centre historique que se situent les rares opportunités du neuf. Avec deux programmes en fin de commercialisation et deux nouveaux, l'offre disponible compte un peu plus de 130 nouveaux lots "qui partiront vite, car bien situés, aux abords du centre ancien et dans le secteur résidentiel prisé du nord-ouest de Pontoise" estime un agent immobilier local. "Nous lançons un nouveau programme d'une centaine de logements, du studio au 4-pièces en plein cœur du vieux village, pour un prix tournant autour de 3 200 €/m2, parking compris" explique ainsi William Truchy, chez Kaufman & Broad. Les autres résidences neuves se trouvent juste au dessus du centre ancien, en remontant vers la rue de Gisors, dans un quartier bien équipé, entre lycée Pissarro, marché, commerces et terrains de sports. La Résidence de Rodin, par exemple, livrable à la fin de l'année, compte 19 appartements ornés de belles terrasses en cascade. Le 3-pièces de 64 m2 s'y affiche à 158 630 €. Un peu plus haut, sur le boulevard Bougara, le Groupe Arcade lance les Hauts de Pontoise, dont les 34 appartements se répartissent en deux petits immeubles intégrés dans un domaine clos et arboré. Ici, le 3-pièces de 61 m2 se situe à 146 000 €. Quant au programme de Meunier, les Hauts de Saint-Jean, livrable à la fin de cette année, il ne compte plus que deux 4-pièces à vendre, à partir de 196 200 € pour 82,9 m2 habitables.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur