PLACE À LA RÉSIDENCE PRINCIPALE

Sur cette période, les prix des logements disponibles ont poursuivi leur progression : de 2 294 €/m2 au 1er trimestre 2004, la moyenne est à 2 576 €/m2 au 1er trimestre, hors package et hors annexe. Ils constituent une moyenne qui peut gommer un certain nombre d'évolutions récentes. Dans ce contexte, la place faite aux accédants en résidence principale s'est-elle fragilisée au profit des investisseurs traditionnellement très présents à Toulouse ? Jacques Rubio, PDG de Malardeau constate que l'accession en résidence principale à Toulouse rencontre un certain succès, même si la part des investisseurs reste importante : "Nous avons lancé une opération boulevard Jean-Brunhes, Résidence Jean Brunhes, du 2-pièces au 5-pièces, dans le quartier Saint- Cyprien, où le prix moyen est à 3 000 r/m2. Les acheteurs ont entre 45 et 55 ans et en sont plutôt à leur 2e achat, ce qui était moins le cas sur le programme Lancefoc que nous avons vendu à 90 % en résidence principale au prix moyen de 2 600/2 700 €/m2". Comme le souligne Maître Pailhès, notaire et responsable du marché immobilier des notaires en Haute- Garonne : "La part d'accession est liée à la situation des programmes neufs : plus ils se situent dans le centre et plus la part en résidence principale augmente". Sur le programme de Cogedim-Paul-Mateu, 10-12 Port Saint-Sauveur, où l'offre est en partie constituée de très grands appartements (le 5-pièces est compris entre 140 et 158 m2), les achats sont orientés vers la résidence principale : "Pour cette opération, sise au bas de la Côte Pavée, à la limite de la halle aux grains, sur 113 appartements, 60 % ont été commercialisé en très peu de temps, constate Daniel Mari, chef de produit. Cette clientèle d'acheteurs en résidence principale dispose déjà d'un logement dès lors que les budgets dépassent 250 000 €". Le lancement d'opérations à Toulouse intra-muros se développe tant sous forme de Zac, comme celle de la caserne Niel, d'une superficie de 8 hectares, qui bénéficiera du passage de la ligne B, que d'opérations privées. Ainsi, de nouveaux programmes apparaissent : on pense ainsi à l'Opsis, sis avenue Jules-Julien, signé Bouygues Immobilier, du studio au 5-pièces, avec une livraison au 1er trimestre 2007. Chemin Saint-Pierre, le groupe Carrere lance, lui, Le Clos Montjoie, 28 appartements dans un quartier pavillonnaire. Face à l'hippodrome de la Cepière, avenue de Lombez, le groupe Belin propose Les Fontaines d'Opale, du 2 au 4-pièces.

PLACE À LA RÉSIDENCE PRINCIPALE
PLACE À LA RÉSIDENCE PRINCIPALE

Sur cette période, les prix des logements disponibles ont poursuivi leur progression : de 2 294 €/m2 au 1er trimestre 2004, la moyenne est à 2 576 €/m2 au 1er trimestre, hors package et hors annexe. Ils constituent une moyenne qui peut gommer un certain nombre d'évolutions récentes. Dans ce contexte, la place faite aux accédants en résidence principale s'est-elle fragilisée au profit des investisseurs traditionnellement très présents à Toulouse ? Jacques Rubio, PDG de Malardeau constate que l'accession en résidence principale à Toulouse rencontre un certain succès, même si la part des investisseurs reste importante : "Nous avons lancé une opération boulevard Jean-Brunhes, Résidence Jean Brunhes, du 2-pièces au 5-pièces, dans le quartier Saint- Cyprien, où le prix moyen est à 3 000 r/m2. Les acheteurs ont entre 45 et 55 ans et en sont plutôt à leur 2e achat, ce qui était moins le cas sur le programme Lancefoc que nous avons vendu à 90 % en résidence principale au prix moyen de 2 600/2 700 €/m2". Comme le souligne Maître Pailhès, notaire et responsable du marché immobilier des notaires en Haute- Garonne : "La part d'accession est liée à la situation des programmes neufs : plus ils se situent dans le centre et plus la part en résidence principale augmente". Sur le programme de Cogedim-Paul-Mateu, 10-12 Port Saint-Sauveur, où l'offre est en partie constituée de très grands appartements (le 5-pièces est compris entre 140 et 158 m2), les achats sont orientés vers la résidence principale : "Pour cette opération, sise au bas de la Côte Pavée, à la limite de la halle aux grains, sur 113 appartements, 60 % ont été commercialisé en très peu de temps, constate Daniel Mari, chef de produit. Cette clientèle d'acheteurs en résidence principale dispose déjà d'un logement dès lors que les budgets dépassent 250 000 €". Le lancement d'opérations à Toulouse intra-muros se développe tant sous forme de Zac, comme celle de la caserne Niel, d'une superficie de 8 hectares, qui bénéficiera du passage de la ligne B, que d'opérations privées. Ainsi, de nouveaux programmes apparaissent : on pense ainsi à l'Opsis, sis avenue Jules-Julien, signé Bouygues Immobilier, du studio au 5-pièces, avec une livraison au 1er trimestre 2007. Chemin Saint-Pierre, le groupe Carrere lance, lui, Le Clos Montjoie, 28 appartements dans un quartier pavillonnaire. Face à l'hippodrome de la Cepière, avenue de Lombez, le groupe Belin propose Les Fontaines d'Opale, du 2 au 4-pièces.


 

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur