Philippe Zivkovic, Président BNP Paribas Immobilier

Mesures du plan de relance, évolutions des prix, intentions d'achat... Le président de BNP Paribas Immobilier nous expose sa vision du marché.

Philippe Zivkovic, Président BNP Paribas Immobilier
Philippe Zivkovic, Président BNP Paribas Immobilier

Indicateur Bertrand : Dans un contexte économique incertain, comment s'adapte votre pôle résidentiel ?


>Philippe Zivkovic : BNP Paribas Immobilier Résidentiel (dont le volume d'affaires en promotion s'élève à près de 300 millions d'euros) s'est adapté à la nouvelle donne du marché dès la fin 2008. Nous avons renégocié certaines charges foncières, prévu de reporter 900 logements sur 2009 et abandonné 800 logements en projet. L'évolution du marché a nécessité également, à la fin de l'année 2008, que nous réajustions à la baisse nos prix de vente de 5 à 10 %, selon les localisations.


S'adapter, c'est se montrer imaginatif et innover.


BNP Paribas Immobilier Résidentiel développe aujourd'hui activement des synergies avec le réseau bancaire. Parallèlement à nos 27 agences BNP Paribas Immobilier Résidentiel, nous allons procéder à l'ouverture de “satellites” dans des agences bancaires (pour la transaction ancien) et des centres de la banque privée (pour l'activité dédiée au conseil à l'investissement en immobilier neuf) dans le cadre d'optimisation fiscale.


Nous avons récemment lancé la “Box BNP Paribas Immobilier”, un outil de mise en relation systématique entre chaque réservataire d'un logement commercialisé par BNP Paribas Immobilier et le réseau bancaire, avec une offre sous 48 heures et des frais de dossier offerts.


D'autres projets sont en cours.


En 2009, le groupe développera des résidences de tourisme d'affaires en milieu urbain, un nouveau concept, avec le lancement de 600 lots à Grenoble, Marseille, Nice et en région parisienne, en s'appuyant sur les nouveaux avantages fiscaux.


I.B. : Quel regard portez-vous sur l'évolution du marché de l'immobilier ?


>P. Z. : Actuellement, nous sommes confrontés à un marché caractérisé par un manque de fluidité : les vendeurs n'ont pas encore vraiment pris acte des baisses de prix, tandis que les acquéreurs s'interrogent sur l'opportunité d'acheter dans un tel contexte. Depuis le début de l'année, des éléments extérieurs, en particulier les dispositifs législatifs et réglementaires en faveur de l'investissement locatif, viennent soutenir le marché et sont encourageants. Je pense au Dispositif Scellier pour le locatif classique. BNP Paribas Immobilier Résidentiel se concentre sur la commercialisation de logements soumis au dispositif fiscal Scellier et de résidences avec services (étudiants et tourisme d'affaires).


Les résultats sont déjà là : nous avons enregistré 8 % de réservations en plus par rapport à 2008, sur la même période. Pour ce qui est des primo-accédants, le doublement du prêt à taux zéro et le doublement de la durée de remboursement, sont des éléments favorables pour BNP Paribas Immobilier, dont les


deux tiers des programmes entrent dans ce cadre. Nous bénéficions des mesures de resolvabilisation de la clientèle d'une part, et de la baisse significative des taux d'intérêt d'autre part.


En revanche, si les ventes en investissement locatif et en primoaccession ont repris grâce aux récentes mesures qui ont été prises, les ventes destinées à la catégorie des acquéreurs en résidence principale pour des logements à un prix supérieur à 400 000 €, restent plus difficiles.


Ceci s'explique par le fait que ces clients doivent, dans la plupart des cas, revendre préalablement un logement ancien et qu'ils ne sont pas encore prêts à en baisser le prix, aujourd'hui trop élevé, de telle sorte que le marché n'est pas encore suffisamment fluide sur ce type de bien.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur