Paris, le nouveau " quartier Latin ".

Autour de la bibliothèque François-Mitterrand, dans le XIIIe arrondissement, se développe la ZAC Paris Rive Gauche. Ce « Quartier latin » nouvelle tendance accueille, entre autres, l’université Paris VII-Diderot et l’Ecole supérieure d’architecture- Paris-Val de Seine.

Paris, le nouveau " quartier Latin ".
Paris, le nouveau " quartier Latin ".

Amorcé dans les années 1990, l’aménagement de cette zone est l’un des chantiers les plus importants depuis la révolution du baron Haussmann. Les 130 hectares, qui descendent de la gare d’Austerlitz jusqu’à Ivry, prennent des formes contemporaines sans équivalent dans la capitale. Un projet d’habitat s’annonce, et c’est toujours un événement tant les constructions du quartier sont triées sur le volet. Il s’agit de Home de Bouygues Immobilier, un programme de 13 étages et d’une centaine d’appartements dotés de terrasses ou de larges balcons. Côté XIIe arrondissement, face à la ZAC Paris Rive Gauche, la concertation publique de Bercy-Charenton bat son plein. L’emprise de 63 hectares remonte jusqu’à la ville de Charenton-le-Pont, et devrait aussi donner naissance à un habitat architectural remarqué.


Les prix de l’immobilier ont atteint des niveaux le plus souvent inaccessibles, retour de bâton d’un marché de pénurie, dans lequel se construisent à peine plus de logements en accession que dans trois arrondissements réunis de Marseille. Certes, de nouvelles normes portent leur responsabilité. Le plan Climat de Paris, adopté en 2007, oblige notamment à des constructions coûteuses ne consommant pas plus de 50 kWh/m2/an. Pour autant, les freins à la maîtrise des prix se situent ailleurs. D’après Bruno Corinti, président d’Immobilier résidentiel de Nexity, « les valeurs de l’ancien sont tellement élevées à Paris qu’il est rare d’arriver à un équilibre économique en démolissant et reconstruisant ». Rares aussi les terrains publics vendus à prix doux à la promotion privée. Comme ses confrères, Nexity s’intéresse donc aux « dents creuses », c’est-à-dire aux espaces libres entre deux immeubles, et aux bureaux à réaffecter en logements. Un postulat se- rait de construire en grande hauteur, ce que pour- rait démontrer un prochain projet de logements de Clichy-Batignolles. Rarissimes sont les primo-accédants dans la clientèle parisienne de Nexity. Même une donation des parents ne suffit pas. Seuls les héritiers, dont la famille était propriétaire dans la capitale, ont les moyens de revendre pour accéder à une propriété de qualité. « A Paris, mieux vaut être dans le train au départ que d’essayer de le prendre en marche », constate le promoteur.


TOUJOURS UNE VALEUR REFUGE


« Durant ces dernières années, la part de nos clients investisseurs était de 70 %, et celle des résidants de 30 %. Maintenant, c’est l’inverse », remarque Stéphane Pupin, directeur commercial de VPS Immo, chargé de vendre des programmes « premium » de la promotion. Deux profils d’investisseurs se dessinent : l’un recherche un bien dans un quartier qu’il connaît, et l’autre préfère du prestige, tel le programme Nouvelle Vague de Cogedim, dans le IVe. « L’investissement parisien reste le meilleur moyen de se constituer un patrimoine de qualité », ajoute Stéphane Pupin. Point faible : une rentabilité peu élevée. Mais quelle valeur refuge ! L’amortissement fiscal du dispositif Scellier qui s’éteindra à la fin de l’année, offre en partie un solide avantage. Dans un contexte économique incertain, le marché immobilier commence à s’assagir. Les experts, dont les notaires, tablent sur une légère baisse des prix de l’ancien. Un souffle d’air frais dans cette ville mythique si convoitée ?

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur