Nantes : Une ville tournée vers l'avenir du logement

Les deux grandes villes de l’Ouest ont décidé de s’associer pour conforter leur développement, notamment en matière de transports. Tous les grands noms de la promotion y investissent, aux côtés de promoteurs locaux, solidement implantés

Nantes : Une ville tournée vers l'avenir du logement
Nantes : Une ville tournée vers l'avenir du logement

Ce mois-ci, elles font stand commun, avec Saint-Nazaire au Salon international de l’immobilier (Mipim) à Cannes. Nantes et Rennes ont les mêmes ambitions européennes.



Pour mieux exister sur l’échiquier, elles ont décidé de « jouer collectif ». Daniel Delaveau et Jean-Marc Ayrault, respectivement maires de Rennes et de Nantes, se sont réunis en novembre dernier lors de la première conférence permanente Rennes/Nantes Métropole(s) pour faire le point sur les enjeux stratégiques quant à l’avenir de leurs territoires. Ils ont ainsi mis en avant deux priorités : inscrire une meilleure accessibilité au Schéma national des infrastructures de transports (Snit) et regrouper leurs forces pour disposer d’un pôle d’enseignement et de recherche de niveau européen.


Parmi les projets portés conjointement est prévue une ligne à grande vitesse entre Nantes et Rennes à développer en articulation avec le projet Bretagne Ouest Grande Vitesse qui renforcera les connexions en direction de Brest et Quimper à partir de Rennes.



100 000 Rennais de plus d’ici 2020


Dans le Pays de Rennes, les études prospectives prévoient 100 000 habitants supplémentaires d’ici 2020. Pour les accueillir, la collectivité organise son développement sur le noyau urbain de Rennes, Saint-Jacques-de-la-Lande, Cesson, Saint-Grégoire et Chantepie. Elle s’appuie aussi sur une première couronne composée de tissus qui fonctionnent en réseau, partageant des équipements et des services.


Au-delà, les territoires sont organisés autour de pôles urbains qui doivent être développés pour renforcer les off res de proximité.


Dans la capitale d’Ille-et-Vilaine, 22 200 logements neufs ont été livrés entre 2005 et 2010. Après le gros coup de frein de 2008, les demandes de permis de construire et les mises en chantier ont elles aussi repris. On s’est approché l’année dernière des 4 000 logements (et 1 600 supplémentaires dans l’aire urbaine). D’après la chambre des notaires d’Ille-et-Vilaine, les ventes ont oscillé entre 2 450 et 5 500 €/m2 pour les produits neufs contre 1 600 à 2 900 €/m2 dans l’ancien. Les dernières mises en vente se situent dans cette même fourchette large. Il y a une dizaine de nouveaux programmes à l’affi che, essentiellement dans les trois grands secteurs en développement.


À Beauregard, au nord de Quincé et de la Porte de Saint-Malo, 4 500 logements sont prévus à terme et Bouygues Immobilier affiche Orée Verde, dans la Zac de Baud-Charbonnet à l’est de la ville (2 200 logements) et dans l’écoquartier de la Courrouze (4 000 à 5 000 logements), au sud-ouest.


Sur 120 hectares entre Rennes et Saint-Jacques-de-la-Lande, cette dernière sera le point de départ de la deuxième ligne de métro qui pourrait voir le jour en 2018.


Arc Promotion y livrera fin 2012 Oxygène et Canopée, deux résidences d’une cinquantaine de logements chacune. Pigeault Immobilier propose, lui, 80 appartements de 2 à 6-pièces, à partir de 148 000 €. À Saint-Jacques-de-la-Lande, qui partage le nouvel écoquartier avec Rennes, un autre gros secteur se développe, sur la Zac de la Morinais. Portés par Seri-Ouest (les Jardins de Camille) et Bouygues-Immobilier (Be Wood), les projets d’actualité sont à la fois proches du centre historique, de l’aéroport, de la gare et du golf de Rennes.



Certaines opportunités sont aussi à l’affiche en diffus, comme Le Clos de l’Ille, une réalisation Pigeault Immobilier tout récemment livrée au coeur du très recherché quartier Fougères Saint-Martin. Dans le quartier Alphonse-Guérin, près des rives de la Vilaine, Secib achève les ventes de l’Ekluserie, avec notamment des 3-pièces en duplex. Dans le secteur Fougères/Volney où sont implantés des établissements du supérieur, une résidence étudiante BBC est en cours de construction, baptisé WE, avec des studios à partir de 118 000 €. Enfi n, rue de Saint-Brieuc, Pigeault Immobilier achève un immeuble de 17 appartements, avec un 5-pièces duplex et grande terrasse en dernier étage, à 398 000 €.


Le promoteur a aussi investi, tout comme Seri Ouest, sur un des gros projets du moment à Rennes : Les Papeteries de Bretagne, composé d’appartements de 2 à 7 pièces et de maisons de 5-pièces à quelques minutes de la place de Bretagne et en bordure de la Vilaine.



4 500 à 5 000 logements par an dans l’agglomération nantaise


Avec des réseaux de transports publics en développement (TER, STAR et Illenoo) et une urbanisation faite en convergence avec la création de nouvelles dessertes, des opportunités existent dans l’agglomération. Sur l’axe Rennes/Saint-Malo, à Gévézé, Pigeault Immobilier construit ainsi un ensemble de 13 maisons groupées de 3 à 6-pièces, à partir de 210 000 €, sur des terrains de 250 à 350 m2.


La métropole nantaise compte 590 000 habitants, soit 75 % de ceux de l’aire urbaine. Sa population croit de 0,6 % par an depuis 1999. C’est la quatrième agglomération française par sa croissance géographique. Reliée à Paris par 21 TGV quotidiens en 1h55 (Rennes sera à 1h26 dès 2015), l’agglomération devrait accueillir 4 500 à 5 000 logements par an, dont 50 % de logements sociaux et abordables, d’après le second et nouveau PLH (2010-2016). Après le creux de 2008, les promoteurs sont repartis en quête de foncier pour créer de nouveaux projets depuis le début de l’année dernière. Aujourd’hui, on trouve quelques fins de programmes, comme le Parc Gigant et les Reflets de l’Erdre, portés par le groupe Arc, ou encore les Hauts de Monselet (Kaufman & Broad) et la Villa Italique (Bouygues-Immobilier) mais dans l’ensemble, le dispositif d’investissement en loi Scellier a permis à l’off re de se renouveler.


Une trentaine d’opérations sont engagées dans l’agglomération.


En plein coeur de Nantes, près du Rond-point de Paris et non loin des facultés, Duret Promoteur livrera mi-2012 la Villa Mélusine, une résidence BBC de 2, 3 et 4-pièces. Devant le parc du Procé, Axeva s’apprête à construire deux immeubles de standing, l’Édouard V avec un ticket d’entrée à 220 000 € pour un grand studio et le Clos Sainte-Maxime, une résidence de 30 appartements.


Dans le quartier du Pont du Cens, près du parc de la Gaudinière, Cogedim signe une petite résidence.


À 15 minutes du passage Pommeraye en bus et quelques coups de pédales de l’Université, elle disposera notamment de 2-pièces, entre 148 000 et 169 000 €. Saint-Joseph de Porterie à l’est de Nantes est un des secteurs en développement de la ville. 1 400 logements y sont programmés. C’est là que Bouygues Immobilier affi che les Jardins de Saint-Joseph, avec des appartements vendus 3 417€/m2 et livrables en 2012.


En périphérie, on trouve à Bouguenais des réalisations de Promogim (le Plazza) et Arc Promotion (Toscania). À Couëron, Bouygues Immobilier livrera en 2012 les Hauts du Lac. Ce dernier affi che le Parc de la Roussière (prix moyen, 3 717 €/m2) à la Chapelle-sur-Erdre. Kaufman et Broad commercialise à Saint-Herblain l’Orée du Parc et le Jardin Fontenelle. Une résidence BBC de 26 logements, Quadrea, y est également proposée par Realites Promotions. Enfi n, à Sainte-Luce-sur-Loire, accessible par le périphérique et l’A 811, trois programmes sont à vendre : une résidence de charme à l’architecture contemporaine dans un lotissement (Côté Jardin, Stradim), un ensemble de 164 appartements répartis sur 3 bâtiments du studio au 5-pièces (Vivreo, Bouygues Immobilier) et les Allées de la Loire, une résidence de 32 appartements signée Pichet Immobilier avec des 3-pièces de 161 000 à 205 000 €.



Des villes « moteurs »


Les agglomérations de Rennes et de Nantes comptent à elles deux 1,4 millions d’habitants, 103 000 étudiants, 530 000 emplois dont 64 000 à haute valeur ajoutée. Elles possèdent huit pôles de compétitivité et plus de 250 entreprises doublement implantées à Rennes et à Nantes. Les deux villes, moteurs du développement du Grand Ouest, attirent ainsi de nouveaux habitants, qui alimentent aux côtés de la population locale, le gros de la demande de logements dans les villes-centres et leurs aires urbaines.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur