Nantes : le marché immobilier neuf se redresse

La loi Scellier a offert un coup de souffle à la promotion immobilière dans la métropole des Pays de la Loire. L'activité a fortement progressé depuis le printemps, et permet l'émergence d'une nouvelle offre dans le centre et dans les secteurs les mieux desservis de la périphérie.

Nantes : le marché immobilier neuf se redresse
Nantes : le marché immobilier neuf se redresse


La métropole Nantes-Saint-Nazaire poursuit son redressement.


Avec 1 156 réservations nettes (hors vente en blocs), record historique du nombre de ventes, soit une augmentation de 32 % par rapport au trimestre dernier, en fort contraste avec les deux derniers trimestres de 2008”. Les derniers résultats de l'observatoire du logement de la métropole atlantique (Oloma) de la fédération des promoteurs-constructeurs des Pays de Loire sont rassurants pour les investisseurs. Ils indiquent que le marché redresse la tête. “Cette progression très significative des ventes provient de l'activité des investisseurs qui représente 800 ventes à comparer aux 514 ventes du premier trimestre. Cette forte augmentation est bien sûr le résultat du dispositif de réduction d'impôt Scellier qui a été pleinement efficace sur l'ensemble du trimestre”. Sur un an, entre le deuxième trimestre 2008 et le deuxième trimestre 2009, les prix ont baissé de 3,7 % selon l'Oloma. Et l'offre commence à se renouveler.


Les produits achevés invendus (le stock, tant redouté par les professionnels) ne représenteraient que 6% du parc. Les propositions commerciales sur plan repartent à la hausse (43 % de l'offre totale) et celles sur chantier diminuent (51% à la fin du 2e trimestre 2009 Des programmes dans le centre Confirmation à Nantes, où l'on retrouve des programmes livrables dans plus de deux ans, avec une offre revue pour satisfaire la demande actuelle en termes de prestations et de prix. Intra-muros, Arc Promotion vient ainsi de lancer plusieurs programmes qui devraient être achevés fin 2011. Il commercialise des studios à partir de 96 000 € dans le programme du Parc Dalby, des 2-pièces de 65 à 71 m2 à partir de 154000€ sur le Val de Cens ou de 34 à 44m2 à partir de 91 000 € sur Bellagio dans le quartier Saint-Jacques, coréalisé avec Lamotte Constructeur. On trouve aussi de nouvelles propositions de Kaufman et Broad dans les Hauts de Monselet, près du parc de Procé, à 4 036 €/m2. Près du boulevard des Américains, dans le micro-quartier de l'Église Rouge, Bati Nantes lance l'Alouette, 21 appartements du 2 au 5-pièces, vendus à partir de 168 000 € pour les 2-pièces, de 233000€ pour les 3-pièces et de 421 000 € pour les 5-pièces. Vinci Immobilier a investi les berges de Sèvre pour construire Sud Harmony, habitable en 2010. L'essentiel de ces nouveaux programmes est éligible au nouveau dispositif d'investissement locatif Scellier.


Ils ont un autre point commun, un emplacement idéal garanti dans une artère calme près des infrastructures. Sud Harmony annonce ainsi “un environnement riche en équipements, services et commerces”.



Grandes et belles surfaces modernes


Les promoteurs répondent aussi aux besoins des familles nombreuses nantaises, non satisfaites par les prestations des vieux appartements bourgeois du centre. Sur un site privilégié du centre historique, on trouve ainsi à quelques mètres du cours Cambronne et de la place Graslin : Côté Cambronne, une réalisation de Cogedim. Ses 37 appartements s'articulent du studio au 7-pièces avec une conception fonctionnelle et des volumes généreux. Une autre proposition est affichée près du palais de Justice sur le quai François-Mitterrand. Dans la résidence Quai, un des programmes d'habitation phare du renouveau de l'Île de Nantes, les grandes familles peuvent encore acheter un 6-pièces. Conçu en habitat individuel, ils sont vendus 389 000 € pour une superficie de 123 à 131 m2. En appartements, les mêmes surfaces sont affichées 390 000 à 415 000 €. Dernier exemple pioché dans les offres de belles surfaces : le Parc de Greneraie, juste de l'autre côté de la Loire dans la commune de Saint-Sébastien. Proposé par Adi Promotion au pied d'une station de Busway, il vient de livrer des quelques belles surfaces de 5-pièces proposées à partir de 531 800 €. Dans une métropole en pleine expansion, ce sont des exceptions en plein centre. Le Programme local de l'habitat (PLH), arrêté en 2004 puis revisé cette année, fixe un objectif de 3 900 logements construits par an. Un autre objectif dans lequel s'est engagée la collectivité via le PLH, c'est offrir des logements plus accessibles.


Entre 900 et 1 000 logements sociaux sortent de terre chaque année. Les pouvoirs publics tablent également sur l'accession aidée.


On trouve une partie de cette offre dans le quartier de Bottière-Chenaie. Sur le quartier, “les objectifs sont, en plus des 25 % de logements locatifs sociaux, la réalisation de logements à des prix abordables dont on estime qu'ils correspondent à des prix de l'ordre de 20 à 25 % en deçà des prix du marché libre proposés sur la place nantaise”, indique-t-on à la mairie. Cette vaste zone devrait fournir 1 600 nouveaux logements à terme. Aujourd'hui, on y trouve les Allées du Parc, une coréalisation Bouwfonds Marignan et Atemi.


Livrable à partir du 3e trimestre 2010, il comptera 70 maisons de 3 à 5 pièces ainsi que deux bâtiments collectifs avec des appartements du studio au 5-pièces. Le programme est certifié Habitat et Environnement.


En tout, au moins une vingtaine de projets sont ainsi accessibles, en état plus ou moins avancés. Les acquéreurs ont le choix entre toutes les grandes marques nationales : Bouygues Immobilier affiche encore plusieurs programmes (Erdre Rive Droite, Kanope, Via Erdre), Kaufman et Broad propose un dernier appartement à 4 849 €/m2 sur le Carré Bouffay dans le centre historique, Stradim achève la Villa Rive droite sur le boulevard de l'Égalité et vend des 2, 3 et 4-pièces à la Cour des Roses près du tramway. On trouve aussi des réalisations de Bati Nantes (Fontaine de Barbin, Pierre 1er dans le prologement du cours Cambronne), Espacil (les Terrasses de la Noë). Sur les résidences achevées ou en cours d'achèvement, tous les élements sont réunis pour se faire une idée exacte de son futur logement.


Une quinzaine de nouvelles résidences en périphérie


La métropole nantaise est désormais dotée d'une belle desserte en transports en commun.


Elle se décline entre tramways (le plus long réseau de France avec 266 300 usagers quotidiens), plus de 70 lignes autobus, une ligne de Busway, des liaisons ferroviaires TER et 3 lignes de navibus. Ils participent à l'attractivité des nouvelles résidences dans l'agglomération, moins coûteuses que celles du centre. À Basse-Goulaine, Kaufman et Broad annonce un m2 moyen à 2 970 €/m2 sur les appartements des Résidences Grillonais.


À Sucé-sur-Erdre, Espacil est sur le point de livrer les Hauts du Prieuré (2-pièces à partir de 117 700 €). Arc Promotion affiche des appartements au Loroux-Bottereau (Floriana), Carquefou (les Marquis), Bouguenais (Mirabella) et Saint-Herblain (Primavera). Adi Promotion réalise de nouvelles résidences à Coueron (les Jardins de Koria), Sainte-Luce-sur-Loire (Villas Green). Dans cette dernière, on trouve également des appartements du 2 au 5-pièces à 2 907€, livrable au 1er trimestre 2010 sur Vivreo (Bouygues Immobilier). Enfin, BNP Paribas Immobilier achève un programme à 3 344€/m2 avec des derniers 3-pièces entre 218 911 et 244 921 €.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur