Nantes favorise l’habitat pour tous

Alain Robert, adjoint à l'urbanisme, à l'habitat et au commerce de Nantes répond à Explorimmoneuf sur l'évoloution démographique et les priorités en matière de logement.

Nantes favorise l’habitat pour tous
Nantes favorise l’habitat pour tous

Comment expliquer la croissance démographique de Nantes ?


Alain Robert : À l’instar de nombreuses agglomérations françaises, Nantes est une ville très attractive. Elle dispose d’un tissu urbain peu dense et ne présente pas les inconvénients d’une grande métropole. L’aire urbaine va attirer 150 000 nouveaux habitants d’ici 2030, dont plusieurs dizaines de millier sur la ville de Nantes. La métropole concentre une qualité d’enseignement, d’emplois et une diversité d’activités, avec un tissu tertiaire important qui en fait l’une des principales places bancaires françaises. Les chantiers navals, l’éolien ou l’industrie aérospatiale attirent de nombreux nouveaux habitants. C’est la porte d’entrée d’une grande partie de l’Ouest de la France qui voit revenir une population qui souhaite résider ici au moment de la retraite.


 


Dans ce contexte, quelles sont les priorités en matière de logement ?


A. R.: Salariés, retraités... les catégories de population sur Nantes sont très diversifiées. Nous favorisons l’habitat pour tous, et la ville compte près de 25 % de logements sociaux. Sur les opérations d’aménagement, nous désirons non seulement une part importante de logements sociaux, mais aussi des logements en accession abordable à la propriété, une étape intermédiaire pour nombre d’habitants. Sur des sites maîtrisés par la ville, nous baissons la charge foncière pour les promoteurs qui s’engagent sur un prix de sortie qui, en 2012, est de 2 700 €/m2. Bien évidemment, nous imposons des conditions de ressources ainsi qu’une clause antispéculative pour une durée de sept ans. Ce type de logements connaît une montée en puissance et ce sont plusieurs centaines d’entre eux qui vont être développés à l’échelle de l’agglomération.


 


La crise actuelle modifie-t-elle votre politique du logement ?


A. R.: Nous n’avons pas cessé d’investir dans le logement social et abordable. Le marché a été dopé par la défiscalisation du Scellier, mais avec des excès qui ont abouti à une surabondance de petits logements. Nous y remédions grâce aux bonnes relations que nous entretenons avec les promoteurs, qui ont accepté de produire 40 % de 3 pièces ou plus, une offre correspondant à la demande.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur