Montpellier : un marché prometteur

Autour d'une table ronde que nous avons organisée le 25 janvier dernier, les principaux promoteurs-constructeurs de Montpellier nous ont livré en exclusivité leurs analyses et leurs prévisions pour les mois à venir. Compte-rendu.

Montpellier : un marché prometteur
Montpellier : un marché prometteur

Indicateur Bertrand :L'activité du logement neuf dans la région de Montpellier vous semble-t-elle plus préservée qu'ailleurs ?


Philippe Ribouet : La Côte d'Azur et la Provence sont des marchés qui sont restés dynamiques en 2007 même s'ils ont connu des petites tensions. Sur le marché montpelliérain, la demande est toujours très présente, mais le taux de transformation diminue, reflétant un problème d'insolvabilité de certains clients. Entre l'euro qui nous a fait perdre la notion de prix et le "millefeuille" réglementaire obligatoire sur les logements, on ne peut plus parler aujourd'hui d'entrée de gamme. Le marché reste dynamique, mais à ce niveau de prix où l'apport personnel est indispensable, les logements sont surtout vendus grâce à l'arrivée d'un flux migratoire dans la région et surtout à Montpellier.


Dominique Guérin : De par l'origine sociale de notre groupe, notre positionnement se porte essentiellement sur la résidence principale et nous fonctionnons très peu par réseau. De ce point de vue, Montpellier se situe au coeur de la dynamique du marché régional du logement neuf. L'analyse du dernier quadrimestre nous montre que la demande reste soutenue et que les taux de transformation reviennent à des niveaux plus normaux. Tant en terme d'affluence que de rythme de commercialisation, Montpellier se positionne actuellement mieux que les villes de Marseille et Toulouse.


Christian Rocanières : Les évolutions démographiques et sociologiques suscitent une forte demande à Montpellier, à laquelle on ne peut pas entièrement répondre au regard des besoins. De par notre vocation, nous privilégions le logement familial et la mixité dans nos opérations. Face à la baisse du rythme des ventes liée à l'évolution des prix, nous devons réfléchir à des solutions adaptées aux besoins du plus grand nombre. Il me paraît important de construire davantage de logements à coûts maîtrisés. Nous observons aujourd'hui un réajustement technique des prix qui doit nous inciter à être plus vigilants dans le choix des opérations, le niveau de prix que nous proposons, ainsi que les solutions de financement qui en découlent pour les acquéreurs, en particulier pour les revenus modestes.


Robert Verret : Le premier atout de Montpellier est son attraction démographique et le second repose sur l'existence de fonciers à des prix acceptables. Même en atteignant en moyenne 3 200 e/m2, ce marché reste bien positionné et plus compétitif qu'ailleurs. Bien que les fréquentations soient moindres, le taux de désistement plus important et les banques de plus en plus frileuses, un produit bien élaboré à un prix adapté, trouve sa demande. Cecidit, nous sommes très exigeants sur les critères du marché.


Frédéric Rouvier : Ainsi, nous en revenons aux fondamentaux de notre métier. Nous faisons face à des coûts de construction des logements plus élevés et à une flambée du coût de la vie. Il est intéressant d'observer un début d'inversion du départ des villes pour la périphérie et peu à peu les habitants reviennent vers la ville centre, notamment pour des raisons tenant au temps de transport, surtout lorsque l'on compte plusieurs enfants dans la famille. Dans ce contexte, les lignes de tram changent aussi complètement la configuration de la problématique du logement. Et l'on assiste à un mouvement vers Montpellier, même si l'acquéreur doit allonger de 5 ans la durée d'emprunt.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur