Montpellier locomotive du logement neuf

Montpellier et son agglomération ont une place incontestable dans les nouvelles opérations d’habitat mais Narbonne, Perpignan ou Sète, ne sont pas en reste.

Montpellier locomotive du logement neuf
Montpellier locomotive du logement neuf

La région de Montpellier fourmille de projets urbains et profi te d’un marché du logement neuf porteur, alimenté, en grande partie par la croissance démographique et l’un de ses corollaires, l’investissement locatif.



En 2010, selon la DREAL, 27 859 logements ont été autorisés à la construction en Languedoc-Roussillon et cette hausse concerne les logements collectifs à hauteur qui ont progressé de 19 %). C’est évidemment le département de l’Hérault qui enregistre la plus forte progression avec 54 %. Comme le souligne Philippe Ribouet, président régional de la Fédération de la promotion immobilière, « à Montpellier, la demande est toujours là. La preuve ? L’off re disponible n’est que de trois à quatre mois, ce qui empêche cependant de disposer d’un marché stable que l’on trouve plutôt à un point d’équilibre de huit à dix mois d’off re ».



Des aménagements urbains


La ville poursuit le développement des opérations d’aménagement urbain. C’est le cas de la nouvelle entrée ouest de la ville avec la création de deux nouveaux quartiersmitoyens : les Grisettes et Ovalie.


Le premier, greff é sur la deuxième ligne de tramway, déploie un habitat dense entre ville et campagne. Il sera prolongé par un parc public de 18 hectares, le parc du Mas-Nouguier.


Le quartier d’Ovalie, composé de petits immeubles organisés en îlots, est bordé au nord par le Complexe de Rugby Yves-du-Manoir, sur un terrain de 13 hectares.


Les grisettes représentent une Zac résidentielle de 20 hectares totalisant 1 500 logements et 25 000 m2 de bureaux entre l’avenue de Toulouse et l’avenue du Colonel-Pavelet.


Trois prochaines opérations seront lancées pour des permis de construire déposés d’ici le mois de juin avec les promoteurs Eiffage Immobilier, Pragma et Monné Decroix. Quant au quartier Ovalie, entre l’avenue de Vanières, l’avenue de Toulouse et le ruisseau du Rieucoulonil, il sera constitué de petites résidences aux larges terrasses ou loggias, organisées en îlots ouverts sur des espaces intérieurs paysagers.


En matière d’écoquartier, Montpellier n’est pas non plus à la traîne et Rive Gauche en est un exemple éclatant : « L’Ecoquartier est souvent une appellation commerciale, la simple addition d’immeubles BBC, regrette Marc Séchaud, gérant de Cogim et ancien président de la chambre régionale des promoteurs. Avec Rive Gauche, nous sommes dans un véritable écoquartier, lié par un épais cahier des charges ». À deux pas du futur Hôtel de Ville et du Centre d’art contemporain, du pôle d’affaires de la place Pablo-Picasso et des allées commerciales de l’avenue Raymond-Dugrand, Rive Gauche s’étend sur 9 ha, entre la rivière du Lez et l’avenue Raymond-Dugrand.


Il y est prévu quelque 1 500 logements, 43 000 m2 de commerces et bureaux en bordure d’avenue, 7 000 m2 dédiés aux équipements publics et plus de 800 places de parking public. Derrière cette démarche, c’est aussi l’illustration d’une mixité urbaine qui est une réalité à Montpellier : « Nous appliquons la loi des trois tiers, souligne Philippe Saurel, adjoint au maire de Montpellier, délégué au projet urbain : un tiers de logements sociaux, un tiers de logements en accession aidée et un tiers de logements libres. Avec 21 % de logements sociaux sur la commune et des prix d’accession aidée, limités à 2 400 €/m2 pour les jeunes actifs, sous conditions de revenus, la ville a atteint son objectif, d’autant plus nécessaire qu’avec 10,5 nouveaux habitants chaque jour, la variable démographique de Montpellier est loin de diminuer ! ». Parmi l’offre de logements, Montpellier signe de belles opérations. Ainsi, Kaufman & Broad a lancé Pink Garden, avenue Nina-Simone, à quelques minutes de la grande zone professionnelle du Millénaire et du Parc Marianne. Le quartier est desservi par le tramway (ligne 1) et par de grands axes routiers (A9 et Avenue de la Mer). D’architecture contemporaine, la réalisation accueille 31 appartements, du 2 au 5-pièces, ouverts sur un parc de près de 8 hectares à proximité immédiate du bassin Jacques Coeur. La résidence, commercialisée à 4 125 € le m2 sera livrée au cours du 4e trimestre 2012.



Une vraie mixité sociale


Le promoteur réalise également Green Village, une opération en BBC avec eau chaude solaire collective, système de chauff age collectif par des chaudières à gaz et isolation par l’extérieur. Green Village, qui opèrera une greff e urbaine entre la Zac du Nouveau Saint-Roch (bureaux, commerces, logements, école, parc urbain...) et les zones pavillonnaires jusqu’à présent coupées du centre-ville propose par ailleurs une vraie mixité, sociale et de produits : du studio au 4-pièces, des maisons de ville et des logements collectifs. Avec Aquaverde, Bouwfonds Marignan propose à Montpellier une résidence à l’architecture élégante, composée de deux bâtiments de cinq et sept étages. Les 47 appartements, du 2 au 4-pièces bénéfi cient tous de balcons ou terrasses aux vues dégagées et profitent de belles expositions. La livraison est attendue pour le 2e trimestre 2012. Pragma est aussi très présent dans la région : c’est le cas notamment avec le 1er programme BBC en centre-ville, Le Méditerranée, une résidence bénéfi ciant d’une situation exceptionnelle, rue Du Guesclin, à deux pas du centre commercial Le Polygone et au bord de la ligne de tramway. L’opération est livrable au 2e semestre 2013.


L’offre de logements, si elle se concentre à Montpellier n’en est pas moins observable dans le reste de la région, à Sète, Béziers, Narbonne ou Nîmes et même sur le littoral.



Des programmes dans toute la région


Ainsi, Nexity George V va lancer en avril une opération à Sète de 200 logements au pied du mont Saint-Clair avec vue panoramique sur l’étang de Thau. Vinci immobilier commercialise le Mas des Flamants au coeur de la Camargue, à Aigues-Mortes avec une résidence qui permettent une défi scalisation LMNP-Scellier-Bouvard. L’activité du logement neuf dans les Pyrénées-Orientales fourmille aussi de projets.


C’est le cas de Bouygues Immobilier qui lance la résidence Le Soho, 45 logements dans le secteur de la gare, qui constituera le Perpignan des prochaines années. Au 4, rue Jean-de-la-Fontaine, le promoteur livre, au 4e trimestre 2012, les 42 logements de Ligne Indigo, Même sur le littoral, le promoteur est présent : à Rivesaltes, avec Terres de Vignes, à Banyuls-sur-Mer, sur la Côte Vermeille, avec Lumière d’Ambre, avec une livraison prévue pour fi n 2012-début 2013. Nexity George V est présent avec Hora Nova, au coeur du quartier Saint-Assiscle à Perpignan et à Saleilles, entre Perpignan et Canet-Plage, le Domaine de Saleilla, est commercialisé entre 2 700 et 2 800 € le m2, pour une livraison mi-2012. On retrouve Urbat avec l’opération Seral Albéra, dans le nouveau quartier de Perpignan sud qui comptera, au total 800 logements réalisés sur une dizaine d’années. Urbat livre une première tranche de 40 logements fi n 2012 et en commercialise une seconde, toujours de 40 logements, au printemps 2011. Sur ces deux opérations, le prix moyen est de 3 100 € le m2.


Enfi n, signalons l’activité d’Icade à Perpignan qui, en co-promotion avec Belin Promotion, réalise une résidence service seniors de 80 logements à 150 m du Castillet. Avec le groupe Fondeville, le promoteur réalise aussi une opération de 120 logements, Mas Rous, dont la commercialisation démarre.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur