Montpellier, au coeur de projets immobiliers

Après une année 2011 exceptionnelle, le marché montpelliérain connaît un ralentissement conjoncturel. Confrontée à une forte croissance démographique, la ville a lancé une foule de projets immobiliers.

Montpellier, au coeur de projets immobiliers
Montpellier, au coeur de projets immobiliers

Montpellier a enregistré plus de ventes en 2011 qu'en 2010, selon Yoann Breuil, responsable d'Agence Adéquation, une société spécialisée dans les études et les observatoires des marchés immobiliers. L'année 2011 a été en effet exceptionnelle avec une progression de 14 % des ventes. « Montpellier a réalisé de tels bons scores que l'offre commerciale a été maîtrisée et que le stock, fin 2011, était de 1 200 logements, une quasi-pénurie, contre 1 800 fin 2010 », détaille Yoann Breuil. Avec à peine cinq mois de stock, un prix moyen de 3 660 €/m2, le marché montpelliérain a eu une forme insolente. Pourtant, le début de l'année 2012 a connu une sorte de dévissement du marché, notamment en matière d'investissements locatifs. Si, à cette heure, les chiffres ne sont pas encore connus, la tendance est bien confirmée. Philippe Ribouet, président de la Fédération des promoteurs immobiliers du Languedoc-Roussillon, dont le mandat prendra fin au cours du mois de juin, dresse un constat un peu alarmiste de la situation : « En 2011, la hausse de la production a permis d'augmenter non seulement le nombre de logements-investisseurs mais aussi le volume des logements en résidence principale sur Montpellier et son agglomération. En 2012, avec le rabotage du dispositif Scellier et ses effets, il sera difficile de vérifier cette appétence pour la résidence principale. Les mois qui viennent vont être difficiles, tout simplement parce qu'il n'y a pas de pérennité dans le système de défiscalisation. » Même si, dans le cadre du dispositif Scellier, le plafond imposé à Montpellier (zone B1) est de 4 000 €/m2, « il reste encore des ventes investisseurs sur de belles opérations mais sur des projets plus classiques. Les investisseurs prennent leur temps », poursuit Philippe Ribouet. Derrière, la crainte est de voir apparaître à nouveau le spectre de la pénurie, synonyme de tension sur les prix.


Des logements pour des pôles de compétitivité


Pourtant, l'agglomération de Montpellier connaît un développement sans précédent depuis plusieurs décennies. Récemment, on assiste à une accélération, qui s'explique notamment par la mise en commun des ressources de 31 communes, avec Montpellier comme capitale régionale, devenue 8e ville de France alors qu'elle pointait au 20e rang il y a vingt ans. Avec 255 080 habitants en 2009, Montpellier accueille chaque mois un millier de nouveaux arrivants et, avec son agglomération, le territoire compte plus de 410 000 habitants. Pour répondre à cette demande, l'agglomération a mis en place un réseau de transports efficace avec le tramway qui relie les nouveaux quartiers de Montpellier et ceux des communes environnantes. Le 6 avril dernier, deux nouvelles lignes ont été inaugurées. Les lignes 3 et 4 étoffent le maillage du territoire et proposent désormais une interconnexion essentielle au développement des modes de transports doux. La croissance démographique de Montpellier ne peut se résumer qu'au seul héliotropisme, l'attrait du soleil, qui constitue cependant un atout de taille, ne serait-ce que pour l’environnement des entreprises, aspect pour lequel Montpellier a été récompensée en 2009 (1ère ville française au classement Ecer en 2009). L’agglomération possède une vraie valeur ajoutée : on y dénombre pas moins de sept pôles de compétitivité – comme Optitec, Eurobiomed, Derbi, Gestion des Risques et Trimatec –, sans compter des domaines d’excellence reconnus mondialement, sur  le cancer,  les neurosciences mais aussi les logiciels de gestion et les jeux vidéos.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur