Massy, cœur neuf de l'Essonne

Dans un marché en net ralentissement, Massy s'illustre comme une des communes les plus actives de l'Essonne. Ses points forts : des dessertes et des équipements excellents. Son point faible : des prix assez hauts, qui s'expliquent par la rareté des produits.

Massy, cœur neuf de l'Essonne
Massy, cœur neuf de l'Essonne

Pas un promoteur qui ne pleure au manque de foncier. La révision des plans d'occupation des sols (POS), transformés en plans locaux d'urbanisme (PLU), retarde les prochaines réalisations faute de terrains disponibles. Avec une production en chute libre à la fin de l'année dernière, l'Essonne est sans doute une des meilleures illustrations de la tendance : "L'activité départementale poursuit sa courbe descendante, soulignait l'Observatoire de l'Agence départementale d'information sur le logement (Adil 91) dans son dernier rapport. L'Essonne voit ses transactions tomber autour des 1 500 ventes, soit un recul de -12 % en un an. D'aussi faibles résultats n'ont pas été enregistrés par le département depuis 1997. De plus, l'Essonne présente, cette année, le plus faible nombre de transactions de toute l'Ile-de-France. Le secteur du collectif n'est pas touché par cette récession, il se maintient à près de 1 100 appartements vendus. C'est au secteur de l'individuel qu'il faut attribuer ces piètres résultats. Il continue à perdre du terrain ; en 2005, 380 lots ont été cédés contre 590 en 2004, soit une chute de - 35 % en un an. Les mises en vente sont beaucoup trop faibles pour répondre à la demande :au 2e trimestre 2005 il y avait 50 maisons mises en vente pour tout le département".


Trois communes semblent néanmoins sortir leur épingle du jeu : "Les communes de Corbeil-Essonnes, d'Evry et de Massy se distinguent encore par leur nombre de lots vendus : 506 biens cédés à elles trois, soit environ 34 % des ventes du département, poursuit le rapport de l'Adil 91.Elles représentaient, en 2004 déjà 32 % des ventes. Ces trois communes ont de plus en plus d'attrait, par leur situation géographique et leur développement urbain, et bénéficient de nombreuses mises en vente. Tigery, qui occupait la troisième place fin 2004, en nombre de ventes réalisées (115 lots cédés) se maintient avec 100 ventes mais est distancée par Arpajon qui s'éveille en 2005 (120 transactions)". Si les chiffres en disent beaucoup sur la conjoncture, ils restent muets en revanche sur une autre spécificité, moins conjoncturelle : son paysage, sa dichotomie, entre terres agricoles et fleurs de bitume.


Au sud, son paysage se dessine de grandes exploitations agricoles pointillées de petites villes historiques emblématiques - parmi lesquelles Milly-la-Forêt, où Jean Cocteau a laissé une magnifique Chapelle des Simples (ces herbes appréciées pour leurs vertus médicinales depuis l'Antiquité et encore étudiées aujourd'hui). En se promenant sur la carte, on trouve aussi Etampes ou encore Dourdan et sa forteresse, bâtie sous Phillipe-Auguste.


Au nord en revanche, c'est le règne de la ville.


Les grands centres urbains riment avec densité mais aussi avec emploi. Evry, Massy, Corbeil-Essonnes, les Ulis et Orsay concentrent l'essentiel de l'offre de travail. Les entreprises continuent de s'y installer, et dans leurs sillages, des centres de formation et des laboratoires de recherche. Dernier succès en date : le grand anneau du Synchrotron Soleil, mis en fonctionnement en mai, a été construit sur le Plateau de Saclay. La spécificité des lieux attire les amateurs de la ville du 21e siècle, un pied dans son passé, un pied dans la terre… et le troisième (?) dans le béton, synonyme de sécurité, de modernité, des éléments maîtrisés. Avec la Zac de Vilmorin, Massy doit offrir 1 400 logements à l'horizon 2010/2012. La commune se plaçait dans les villes les plus cotées sur le marché du neuf l'année dernière avec 220 lots à 3 800 €/m2. Seules Arpajon et Yerres affichaient un nombre significatifs de produits plus haut de gamme l'année dernière, avec respectivement 130 lots à 3 500 €/m2 et 56 lots à 4 300 €/m2. Aujourd'hui, Massy compte maintenir un rythme de production soutenu, d'environ 300 unités par an avec des prix qui varient entre 3 430 et 4 000 €/m2. Pour l'heure, elle occupe l'actualité avec 5 programmes de qualité en cours de commercialisation et quelques uns des plus grands noms de la promotion immobilière. Alors que Bouwfonds Marignan, Nexity et Meunier achèvent leurs programmes sur la place de l'Union Européenne, Bouygues Immobilier ouvre à son tour un bureau de vente dans les allées de la commune, accompagné d'Interconstruction et de Sedaf, une compagnie plus confidentielle.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur