Marseille : les chantiers de la métamorphose

En trente ans, Marseille est devenue une ville attractive sur le plan démographique et économique. Retour sur des réalisations d’ampleur qui ont changé la Cité phocéenne.

Marseille : les chantiers de la métamorphose
Marseille : les chantiers de la métamorphose

Évoquer l’évolution urbaine et l’habitat à Marseille nécessite toujours un regard sur ce territoire structuré à partir de 111 villages qui marque encore aujourd’hui le tissu urbain d’une ville affichant une superficie plus de deux fois supérieure à celle de Paris. Après la Seconde guerre mondiale, la ville fait place à la modernité avec des réalisations dont la réputation traverse le monde, comme la Cité radieuse du Corbusier en 1952. Avec l’aide de l’État, les grands projets n’ont jamais cessé de voir le jour, tant en matière de projets urbains que de rénovations des quartiers. L’OIN Euroméditerranée, le Grand port maritime de Marseille ou le Parc national des Calanques, sans oublier le Pôle de la friche de la Belle de Mai, ne sont que quelques-uns des « objets métropolitains », pour reprendre l’expression de l’agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise, qui accentuent la structuration de la ville et de sa métropole, désignée Capitale européenne de la culture en 2013. Cette évolution économique est allée de pair avec un renouveau démographique. En 2010, Marseille comptait 850 000 habitants, 53 000 de plus qu’en 1999, soit près de 5 000 personnes supplémentaires par an. Une progression qui rompt avec la stabilité qui avait persisté tout au long des années quatre-vingt-dix et dont les grands vainqueurs sont les 3e, 4e, 13e  et 15e  arrondissements avec le plus fort apport de population.


 


Une mutation urbaine irreversible


C’est sans conteste Euroméditerranée qui constitue le grand projet de la & n du siècle dernier avec un aménagement urbain orienté vers le développement économique entre le port et le centre-ville. Visant à transformer la Cité phocéenne en un grand carrefour entre l’Europe et la Méditerranée, cette opération d’intérêt national entre port, gare et centre a généré 7 milliards d’euros d’investissements publics et privés et compte plus de 40 000 habitants pour 35 000 emplois ! Euroméditerranée a permis de transformer 310 ha de Marseille, puis un périmètre a été étendu de 170 ha vers le nord en 2007. Avec Euromed II, le projet d’aménagement comprend un parc urbain de 14 ha et la création d’un boulevard le long de la mer qui en fera l’un des quartiers les mieux desservis de Marseille. Ce sera aussi un quartier réalisé sous le signe de la mixité. Comme le soulignait, en mars dernier, l’architecte et urbaniste François Leclerc qui conduit l’équipe lauréate du concours de maîtrise d’oeuvre urbaine de cette extension, « il est nécessaire de mixer les populations, mixer les usages, apporter d’autres activités et de la densité. Le nombre d’habitants va augmenter sur ce territoire et le projet prévoit 30 % de logements sociaux ».  Au cours de l’année 2013, Marseille a aussi vu surgir des projets comme l’esplanade du J4, dans le cadre de la Zac Cimed, à l’ouest de la rade. Cet espace accueille un ensemble d’équipements majeurs à vocation culturelle ou de loisirs, dont le Musée des Civilisations et de la Méditerranée (MuCEM) et le Centre régional de la Méditerranée (CRM). Si démographie et évolution urbaine vont de l’avant, en va-t-il de même en matière de production de logements neufs, nécessaire courroie pour assurer une réponse aux besoins nés de cette transformation ?

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur