Marché immobilier montpelliérain, marché atypique ?

Indicateur Bertrand : Le marché montpelliérain en immobilier collectif neuf est-il toujours aussi atypique ?

Marché immobilier montpelliérain, marché atypique ?
Marché immobilier montpelliérain, marché atypique ?

Philippe Gadelle : Le marché montpelliérain est effectivement particulier et cela s'explique par la détermination de la ville à avoir mis en place, via la Serm, des zones d'aménagement concerté représentant la majeure partie de l'offre de logements collectifs à Montpellier. Ceci dit, Montpellier pourrait sans difficulté atteindre le cap des 2 000 à 2 200 logements annuels. Quant au stock, qui se situe actuellement à un niveau de sept à huit mois, il reste tout à fait raisonnable.


Karine Gaillard : Le débat porte effectivement sur le stock. La sensation de ralentissement du marché repose sur un sentiment, pas sur une réalité. Ce qui se produit, c'est que la clientèle dispose d'une offre élargie, plus fournie, qui englobe la réalisation d'un vrai quartier au nord, un au sud ainsi qu'un à l'ouest. Au regard de la demande, le marché peut absorber cette demande sans difficulté. Anne Hamelin-Le Cozannet : L'un des signes particulièrement édifiants de l'état du marché est l'augmentation des ventes investisseurs. Parmi ces ventes, la progression des investisseurs régionaux constitue à nos yeux un réel gage de confiance dans le marché immobilier local et démontre une maîtrise du marché du logement neuf. L'attrait des investisseurs en Prêt locatif social (PLS) est l'une des explications de cet essor puisque aujourd'hui 80 % de la population régionale pourrait, au regard de ses revenus, prétendre à loger dans ce type de produit.


Olivier Charra : Le marché locatif est effectivement un indicateur primordial. Le PLS fonctionne, non pas parce qu'il existe des dispositifs fiscaux mais parce qu'il correspond à une réalité du marché locatif à Montpellier. Lorsque l'on s'éloigne de l'agglomération, nous pouvons trouver un certain nombre de difficultés si l'on propose des produits essentiellement axés sur la clientèle des investisseurs.


Slimane Haddouche :Nous constatons une baisse de la surface unitaire des lots en investissement locatif et nous nous situons moins dans un produit traditionnel en 3-pièces, tandis qu'en résidence principale, les surfaces des logements restent importantes.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur