Marché du neuf : les belles perspectives du Languedoc-Roussillon

En Languedoc-Roussillon, flux démographique, création d’emplois et production de logements neufs sont liés. Un succès qui n’est pas dû au hasard. Éclairage.

Marché du neuf : les belles perspectives du Languedoc-Roussillon
Marché du neuf : les belles perspectives du Languedoc-Roussillon

En ces temps d’incertitudes économiques, le Languedoc-Roussillon repose sur de solides fondamentaux. Montpellier, la capitale régionale compte sur son territoire 29 000 entreprises, sept pôles de compétitivité, et crée chaque année plus de 5 000 nouveaux emplois, soit 1 % de plus que les agglomérations comparables en France. Montpellier irrigue la région de son dynamisme. Il suffit d’observer Perpignan la Catalane. Au centre du triangle Barcelone-Toulouse-Montpellier, le coeur du Roussillon compte 2 600 heures de soleil par an en moyenne, huit stations de sports d’hiver, huit ports de plaisance et cinq stations thermales. Ici se déploie un large éventail d’activités économiques fondées sur l’agriculture, le bâtiment, le commerce, la logistique et le tourisme, dynamisé par une mosaïque de PME-PMI. Un exemple : Saint-Charles international. Ce pôle, étendu sur plus de 800 hectares, totalise près de 9 000 emplois pour 3,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires !


 


Un objectif de 3 900 nouveaux logements à Sète



C’est dans ce contexte que la région se structure autour de projets urbains novateurs. L’exemple de Sète et de son agglomération est très éclairant. À vingt minutes de Montpellier, la production de logements va connaître un nouveau regain avec l’adoption définitive du PLH. Avec un taux de croissance démographique de 1,37 %, quelque 9 000 habitants supplémentaires devraient s’y installer d’ici à 2017. Ce sont donc 3 900 logements qui devront être construits, soit 650 par an, dont 312 à caractère social. La production de logements sociaux ne va pas baisser au cours des prochaines années : il est question de 232 logements sociaux supplémentaires pour Balaruc-les-Bains, 392 pour Frontignan, 162 pour Gigean, 328 pour Marseillan, 570 pour Sète. À Sète, la Zac entrée Est se développe, tandis qu’à Agde, qui organise son aménagement pour les quinze prochaines années, la commune devrait, à moyen terme, avoisiner les 30 000 habitants, et se structurer en conséquence.


 


Les projets de constructions à Montpellier


 


Quant à Montpellier, l’agglomération poursuit ses projets : renouvellement urbain avec le Nouveau Saint-Roch, la Zac des Grisettes, le futur projet de l’EAI. Tout récemment, c’est un projet d’une ampleur sans précédent qui vient d’être lancé, Oz Montpellier Nature urbaine, confié à l'acrchitecte Kees Christiaanse, avec 350 hectares dont 200 d’espaces verts ou naturels préservés, notamment autour du Lez et de La Lironde. Sur les 150 hectares urbanisés vont être réalisés 5 000 logements et des jardins familiaux ; 50 000 m2 recevront un pôle d’hôtellerie et de loisirs, ainsi qu’un pôle tertiaire supérieur qui accueillera près de 1 500 entreprises et créera plus de 10 000 emplois. L’intérêt de cette nouvelle Zac est de s’insérer dans de futures infrastructures, avec la création de la ligne TGV entre Nîmes et Montpellier, la requalification environnementale de l’A9, la réalisation de la gare TGV, ainsi que le prolongement de la ligne 1 du tramway, qui mettra le centre historique à moins de trente minutes de ce nouveau quartier, et l’aéroport à moins de quinze minutes. Dès 2025, 13 millions de voyageurs sont attendus, soit le double d’aujourd’hui.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur