Marc Barani

Lauréat de l'Équerre d'argent 2008, Marc Barani associe art et sensibilité sociale à l'architecture.

Marc Barani
Marc Barani

“Je suis un Méditerranéen”


Marc Barani est né à Menton par accident. “Parce que Roquebrune-Cap-Martin, la commune voisine où vivaient mes parents, ne comportait pas de maternité”, précise-t-il.


Ce bienheureux homme n'a pas quitté son cocon d'azur par la suite. Il vit à Nice, où est basé son atelier d'architecture, mais a toutefois ouvert une antenne à Paris.


“Je suis un Méditerranéen. Je vis dans le Sud parce que j'aime cette région, et aussi pour créer une distance avec les sujets sur lesquels je travaille. J'ai besoin de multiplier les points de vue”, explique-t-il en évoquant la diversité de ses projets et de ses horizons: logements sociaux près de Rennes, pont entre l'île Seguin et le Trapèze, restauration de l'église de Chelles, centre des congrès à l'étude à Nancy…


L'architecte travaille également sur deux autres grands projets “méditerranéens” : la tombe de Rafic Hariri, à Beyrouth, et la bibliothèque de Tripoli. À Nice, son camp de base, il oeuvre sur le parking de l'aéroport et le centre Alzheimer de l'Institut Claude-Pompidou qui stimulera les malades par l'art, avec par exemple un centre d'expositions. Cette passerelle entre l'architecture et l'art est chère à Marc Barani, qui a étudié la scénographie et épousé la scénographe danoise Brigitte Fryland, son associée dans la vie et dans son agence. Ses projets passés côtoyaient déjà l'art, comme l'extension du cimetière de Roquebrune, où est inhumé Le Corbusier, et les ateliers pédagogiques du centre d'art de Mouans-Sartoux, un village derrière Cannes.


Le 2 décembre dernier, le jury de l'Équerre d'argent lui a décerné le Grand prix 2008 pour la gare terminus du tramway de Nice. Un projet “technique, mais aussi social, remarque le lauréat. Nous avons cherché un site pendant plus d'un an, et recommandé les quartiers de barres et de tours du Rouret et de Las Planas, au nord de Nice. Ce programme mixte, avec bureaux et commerces, animera le quartier et le reliera mieux à la ville”. Au-delà de la consécration d'une oeuvre livrée dans l'année, l'Équerre d'argent est un véritable tremplin. L'atelier Marc Barani sera, sans doute, très sollicité cette année.



REPÈRES


1957 : naissance à Menton.


1983 : diplômé de l'École d'architecture de Marseille-Luminy.


1990 : diplômé en scénographie à la Villa Arson ; École pilote internationale d'Art et de Recherche à Nice.


1992 : livraison du cimetière de Roquebrune-Cap-Martin.


2008 : lauréat de l'Équerre d'argent avec le Pôle multimodal du tramway de Nice (maître d'ouvrage : la Canca, (Communauté d'agglomération Nice-Côte d'Azur) : 70 000m2 (centre de maintenance, poste de commandement, gare terminus avec parking relais sur la toiture, bureaux, commerces, équipement socio-culturel).


2008 : reconversion des églises de Chelles (Sainte-Croix et Saint-Georges) en centre d'art, avec Martin Szekely.


2009 : livraison de logements sociaux (Saint-Jacques-de-la-Lande) ; inauguration du Pont Renault (Boulogne-Billancourt).

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur