Manuel Valls : le logement est une priorité du gouvernement

C’est à l’occasion du 68e congrès de la Fnaim que le Premier ministre a présenté les principales orientations de la politique du logement.

Manuel Valls : le logement est une priorité du gouvernement
Manuel Valls : le logement est une priorité du gouvernement

C’est une première pour un Premier ministre comme il a tenu à le rappeler. Dans un Palais des Congrès (XVIe arrondissement) plein à craquer, Manuel Valls s’est adressé aux adhérents de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), réunis à l’occasion de son 68e congrès. Il a également tenu à confirmer les orientations du gouvernement. L’abattement fiscal sur les plus-values des cessions des terrains à bâtir pour permettre la mobilité du foncier public et privé ? Entériné. Le Duflot est mort, vive le Pinel ! Manuel Valls l’a acté. Ainsi, ce dispositif revu et corrigé qui va permettre aux investisseurs qui louent leur bien de s’engager sur 6, 9 ou 12 ans, ouvre aussi cette possibilité à leurs ascendants ou descendants. Mais lors de cette allocution, c’est surtout la loi Alur que le Premier ministre a fi ni de vider de sa substance. Ainsi, l’alourdissement des documents à fournir lors des ventes de biens en copropriété comme il avait été prévu sous l’ex-ministre du Logement Cécile Duflot n’aura pas lieu. Le Monsieur Simplification du gouvernement, Thierry Mandon, travaille à un texte de loi sur les ventes immobilières qui sera suivi d’une ordonnance du gouvernement. « Une des évolutions envisagées consistera à sécuriser la remise des documents par voie dématérialisée », a indiqué Manuel Valls. Objectif avoué : alléger les frais de reprographie et de notification des actes. « À court terme, nous devons lever toutes les incertitudes qui allongent les processus de décision et qui retardent les mises en oeuvre de projets », a affirmé le Premier ministre. Autre mesure phare enterrée de la loi Alur : la GUL (garantie universelle de loyers). « Le dispositif n’était pas au point » selon Manuel Valls, qui a tout de même lancé une piste : mettre en place un système de bail solidaire qui permettrait aux propriétaires qui louent à un prix inférieur au marché de bénéficier d’avantages fiscaux. Une idée avancée, mais qui reste d’après le Premier ministre « à creuser ».

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur