Maisons-Alfort, un appartement ou une maison neuve au sud de Paris

De l'autre côté de la gare SNCF, Maisons- Alfort. Dans les années 1850, la construction de la voie ferrée du Paris-Lyon-Marseille a dessiné une ligne infranchissable entre les habitants du bourg de Maisons- Alfort et ceux du Hameau d'Alfortville. Depuis, la ville s'est forgée une identité forte autour de la très célèbre école nationale de Vétérinaire, créée sous Louis XV, aujourd'hui à la fois lieu de formation, pôle de recherche et centre de consultation. Son parc planté de 12 hectares lui offre aussi de grands espaces verts. Dans la culture francilienne, Maisons-Alfort rime aussi avec gendarmerie. Sur les hauteurs de la ville, le Fort de Charenton est entièrement consacré à ses services. La commune est le 2e site de la gendarmerie en France. Les militaires et leurs familles, qui résident autour du Fort, participent au quotidien à la vie économique, scolaire, culturelle et sportive de la ville. L'actualité se trouve à l'entrée nord de la ville, à la charnière entre Maisons- Alfort, Charenton et Saint-Maurice. Depuis la fin du mois d'octobre, les services de la direction départementale de l'équipement ont engagé les travaux de rénovation du Pont de Charenton et de ses abords. En six mois, ils devraient accorder un peu de place aux piétons et aux vélos. Les voies réservées à la circulation vont être réduites pour la création d'une piste cyclable, reliée à celle déjà existante sur l'avenue du Général de Gaulle. Les trottoirs seront élargis et plantés d'une vingtaine d'arbres. Un nouveau tapis de chaussée réduira les nuisances sonores. Pour les automobilistes, les principaux carrefours seront redessinés. À l'entrée du centre-ville historique, ancien bourg de Maisons au niveau du stade Cubizolles, la rénovation du centre se poursuit dans le cadre du contrat régional. Sur l'avenue du Général de Gaulle, les trottoirs sont élargis. Dans la longueur, des jardinières vont être aménagées. La plantation d'une cinquantaine de marronniers est programmée, ainsi que celle de 300 arbustes et 1 500 plantes vivaces.

Maisons-Alfort, un appartement ou une maison neuve au sud de Paris
Maisons-Alfort, un appartement ou une maison neuve au sud de Paris

Des opportunités en maisons individuelles.


Ogic et Nexity Seeri co-réalisent à l'angle de la rue Carnot et la rue George Gaumé les Jardins Carnot. Ce nouveau programme se situe près du centre-ville, des commerces et des écoles, mais au calme d'un quartier résidentiel. Du studio au 5-pièces, ses appartements commencent à 140 000 € pour 29 m2. Plus d'une trentaine de 2-pièces sont proposés, entre 150 000 et 308 000 €. Les 3-pièces fluctuent de 230 000 à 325 000 €. Quelques maisons de 5-pièces sont intégrées au programme, entre 480 000 et 570 000 € pour les 5-pièces et 670 000 € pour les 6-pièces. Enfin, quelques opportunités se présentent sur la Villa Mansart, une co-promotion Cogedim et la Générale de Promotion. Conçue dans un jardin à la française, la résidence, située face à l'école vétérinaire et ses espaces arborés dispose de 3 et surtout de 4-pièces, pour un prix moyen de 354 500 €. "Les résidents apprécieront la proximité de Paris, grâce à l'excellente desserte par les transports en commun et par la route, assure le service marketing. Côté pratique, la résidence profite de la proximité du marché du centre trois fois par semaine et des équipements sportifs du quartier". À l'angle de la rue Jean Jaurès et l'avenue de la République, le Saint-Rémi de Kaufman & Broad, comportera des appartements du studio au 5-pièces duplex, commercialisés 4 306 €/m2 en moyenne. Beaucoup s'ouvrent sur des balcons avec de bonnes expositions et de jolies vues sur la place de l'Eglise. Le promoteur n'a plus que des 2 et 3-pièces disponibles, à partir de 285 500 €. Bouygues Immobilier prévoit également de commercialiser un programme, en face de l'Hôtel de Ville. #r3 Questions à Pierre Couroux - Directeur général adjoint au service de l'urbanisme de la mairie de Créteil.


"Après la Zac de la Pointe du Lac, de nouveaux projets au sud"


Indicateur Bertrand : Avant d'entamer la dernière Zac, la ville avait un peu mis le frein sur les chantiers ?


Pierre Couroux : Après 20 ans d'aménagement de la grande plaine, avec un rythme soutenu de 300 logements par an, un temps de réflexion a effectivement été pris pour un examen d'ensemble des projets d'aménagement à l'approche de l'étape finale. Nous avions en plus une contrainte posée par les grands projets d'infrastructures régionales. Je pense à l'extension de la ligne 8 du métro et à la création de la ligne de bus en site propre Sucy-Bonneuil-gare RER D Pompadour. Et puis, Créteil avait été candidate pour les Jeux Olympiques en 2008 et 2012. Si Paris avait été sélectionnée, de nouveaux aménagements auraient été engagés. Ceci dit, des actions d'envergure avaient quand même été engagées, dans le cadre du Grand Projet de Ville (GPV) et des Opérations de Renouvellement Urbain (ORU).


I. B. : Outre les logements commercialisés aujourd'hui, la Zac de la Pointe du Lac va-t-elle bénéficier d'autres équipements ?


P. C. : Je tiens déjà à préciser que l'aménagement de cette zone a contribué à obtenir l'extension de la ligne 8 car elle augmente les besoins de dessertes sur ce secteur. Les logements sont logiquement positionnés en premier plan sur le lac. A l'arrière, la Zac va accueillir un STAPS universitaire le long de la rue Dominique Duvauchelle d'ici 2007. Une résidence universitaire de 100 à 120 logements est également prévue. Des espaces sont réservés pour d'autres équipements, notamment un foyer pour jeunes autistes. Un hôtel de qualité est aussi à l'étude, pour améliorer l'offre sur la ville. Créteil a déposé un dossier au comité départemental Sites et Paysages pour être classé "site touristique".


I. B. : La construction de la ville est-elle terminée ?


P. C. : La Zac de la Pointe du Lac n'est en fait que l'avant-dernière zone de construction de la ville. Une dernière zone d'aménagement concertée a été déterminée sur des terrains libres adossés à la zone d'activités EuroParc. Etant donné le besoin de production de nouveaux logements, 500 à 600 logements seront construits sur le site d'ici 2009 à 2010. Conformément à la politique de mixité sociale conduite sur la ville, ils devraient comprendre 30 % de logements en accession et 70 % de logements sociaux. C'est le rapport inverse des programmes commercialisés sur la Pointe du Lac. Cette opération signera la fin de l'aménagement des espaces libres. Mais ensuite, la ville ne s'arrêtera pas, elle se renouvellera, se recomposera.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur