Lyon, un marché porteur

D’une certaine manière, c’était un pari. Et tout semble démontrer qu’il est réussi. Ce pari, c’est le fameux 3A, une aide à la primo-accession mise en place par le Grand Lyon et réellement opérationnelle depuis juin 2013.

Lyon, un marché porteur
Lyon, un marché porteur

Lyon veut encourager la primo-accession


Né d’une concertation entre la collectivité territoriale, la FPI et l’UCI, ce dispositif diffère par sa souplesse de ceux appliqués dans la plupart des agglomérations. Son lancement correspond à la prise de conscience de plusieurs impératifs sur le marché du logement neuf. Il s’agit de proposer une gamme de prix inférieure au prix moyen constaté, jusqu’ici assez faible en volume, qui permette aux primo-accédants, en général de jeunes ménages actifs mais aux revenus modestes, d’accéder à la propriété. Cet objectif se double d’une volonté d’enrayer le retrait d’opérations qui a commencé en 2013 avec la fi n du dispositif Scellier, entraînant un déficit de logements autant issus du secteur libre que du secteur social. Or, laisser la production de logements fondre comme neige au soleil viendrait à l’encontre des projections du Grand Lyon, qui estime nécessaire la production annuelle entre 8 000 et 10 000 logements pour être en mesure d’afficher 150 000 nouveaux logements d’ici à 15 ans.


 


Des opérations neuves à prix maîtrisés


Six mois après son lancement, cette aide à l’accession est clairement un succès, comme le souligne Laurent Escobar, directeur associé d’Adéquation : " Le dispositif a concerné 630 des 2 400 logements vendus entre juin et décembre 2013 aux propriétaires occupants ! Devant ce résultat, l’objectif est passé de 700 à 1 100 logements concernés par le 3A ". Un dispositif souple en faveur des primo-accédants et qui génèrera jusqu’à 20 % de la production de logements neufs cette année, c’est assez rare pour le souligner. De nombreux quartiers et communes sont concernés par des opérations labellisées 3A. Promogim propose cinq appartements à 2 800 € le mètre carré sur la résidence, en cours de travaux, Les Jardins d’Eugénie, à Décines- Charpieu. Quant à Nexity, ce sont 34 logements qui sont commercialisés au même prix au sein de Swan, un programme sis à Givors, au confluent du Rhône et du Gier, pour une livraison attendue au cours du quatrième trimestre 2015. Ces logements à prix maîtrisés ne sont pas uniquement proposés hors de Lyon. Ainsi, Bouygues Immobilier est labellisé 3A pour 20 logements commercialisés à 3 100 euros le mètre carré (soit 20 % de moins que le prix du marché) sur Latitude 8, sur la ZAC Mermoz, dans le 8e arrondissement et livrable à partir du premier trimestre 2016. Au total, ce sont plus de 80 programmes qui sont concernés par ce dispositif sur l’ensemble de l’agglomération lyonnaise. Bien évidemment, la primo-accession ne saurait résumer l’ensemble du marché du logement neuf, même s’il y contribue. L’Ouest lyonnais enregistre tout de même 900 ventes. Ainsi, Kaufman & Broad termine la commercialisation d’Eden Lodge, sur la commune de Collonges-au-Montd’Or, à un prix moyen de 4 240 € le mètre carré, livrable au troisième trimestre 2015. Et, dans le centre de l’agglomération, matérialisé par Lyon-Villeurbanne-Caluire, qui représente 1 400 ventes, on trouve par exemple Nexity et la résidence Pearl, dans le 7e arrondissement, pour 39 logements au détour d’une rue calme, livrables à partir du deuxième trimestre 2016. D’ouest en est, le logement neuf trouve ici toute sa place.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur