Libérer massivement des terrains à bâtir pour augmenter l’offre

Interview de François Bertière, président de Bouygues Immobilier.

Libérer massivement des terrains à bâtir pour augmenter l’offre
Libérer massivement des terrains à bâtir pour augmenter l’offre

Quelles sont, selon vous, les priorités pour sortir de la crise du logement ?


Les besoins des Français sont multiformes : logements sociaux, logements collectifs et maisons individuelles en accession ou en locatif, résidences avec services... Il n’y a pas une réponse unique et encore moins de solutions miracles. Il est donc nécessaire, pour sortir de cette crise du logement et répondre aux attentes des Français, de faire émerger des mesures neuves, équitables et incitatives en s’appuyant sur les expériences réussies. Construire n’est pas chose facile pour les collectivités, et les maires bâtisseurs ne sont pas légion, car il existe de nombreux freins à la création de logements dans les centres-ville ou dans les zones urbanisées. En particulier, la densité urbaine, pourtant largement plébiscitée par tous les acteurs de l’aménagement durable des territoires, est rarement bien vécue par les habitants. Ensuite, il faut trouver les financements des constructions. Le besoin de logements ne peut être financé par la seule ressource publique et celle des bailleurs sociaux : l’investissement privé est indispensable pour l’accession, comme pour le parc locatif.


Quelles solutions permettraient de favoriser l’accession à la propriété ?


Il me semble indispensable de libérer massivement des terrains à bâtir afin d’augmenter largement l’offre de logements et pour faire baisser les prix. C’est la seule solution pour permettre aux primo-accédants d’entrer dans le parcours résidentiel. La pénurie et la spéculation sur le foncier contribuent très largement à l’augmentation des prix de vente des logements. Or, les propositions faites par les candidats à l’élection présidentielle ne tiennent pas compte des obstacles rencontrés sur le terrain. Il faut instaurer un mécanisme d’augmentation progressive de la taxation sur les plus-values afin d’inciter les propriétaires à vendre plus rapidement. Il serait judicieux, en parallèle, de compléter cette réponse en rapprochant la taxation des plus-values sur les terrains à bâtir avec le régime des plus-values professionnelles en cas de réinvestissement dans l’immobilier locatif dans le cadre du statut de bailleur privé.


Faudra-t-il un dispositif d'investissement locatif pour succéder au Scellier en 2013 ? Si oui, sous quelle forme ?


Les quinze dernières années ont vu se désengager les grands investisseurs institutionnels (banques, assurances...) et ont mis en évidence la nécessité de créer des mécanismes de soutien à l’investissement privé. Sans incitation, pas d’investissement. L’objectif étant avant tout de loger les jeunes et les ménages à faibles revenus, il nous semble essentiel d’apporter une solution au financement du logement locatif intermédiaire, c’est-à-dire avec des loyers autour de 10 € le m2, entre le locatif social et le locatif libre. Nous proposons donc de créer en 2013 un dispositif fiscal avec un encadrement des revenus et des loyers et un engagement dans la durée. Cette mesure pourrait être assortie de la création d’un statut de bailleur privé pour favoriser l’investissement locatif de long terme, – au moins quinze ans – à destination des ménages à revenus modestes.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur