Les Yvelines bâtisseuses dopent l’Ouest francilien

Dans la perspective du futur Grand Paris, les communes de l’ouest de Paris stimulent leur fibre bâtisseuse. Une opération majeure, jamais vue dans les Yvelines, s’annonce à Saclay.

Les Yvelines bâtisseuses dopent l’Ouest francilien
Les Yvelines bâtisseuses dopent l’Ouest francilien

De grands arbres, des châteaux, des jolies villes historiques et des petits bourgs. Cette image d’Épinal des Yvelines n’est pas fausse. Jamais il n’y a eu de raz-de-marée bâtisseur, comme à Saint- Denis. Dans le passé, il s’agissait plutôt de vagues dans les Yvelines, voire de vaguelettes. Depuis quelque temps pourtant, le marché surfe sur un besoin croissant de logements. Les grandes opérations d’aménagement et de construction s’intensifient. Mais cela dans un cadre paysager, c’est l’Ouest francilien !

Habiter plutôt qu’investir


Avec 12% de mises en vente dans la région, le marché des Yvelines se renouvelle dans la même proportion qu’en grande couronne. « Pour nous, c’est un marché dynamique, l’un des seuls où nos mises en vente sont supérieures à celles de l’année 2012 » témoigne Hélène Romano, directrice générale opérationnelle de Nexity immobilier résidentiel. Le promoteur propose 9 programmes en commercialisation et lance courant novembre, la deuxième tranche de Quartz noir dans l’éco-quartier de Carrières- sous-Poissy. En ce qui concerne Bouygues Immobilier, Régis Vacheret, directeur Agence Yvelines, confirme le dynamisme de ses lancements, « malgré des rythmes de commercialisation plus lents ». À l’avenir, le promoteur entend poursuivre son développement sur la frange est du département. « Nous regardons aussi la vallée de la Seine, où le produit individuel revêt beaucoup d’importance, ajoute-t-il. Le cadre de vie est vert et agréable et le prix des logements compatible avec le pouvoir d’achat. » Les deux opérateurs remarquent que la clientèle achète en majorité une résidence principale. La primo-accession est possible, mais les prêts sont très difficiles à obtenir. « Dans une commune comme les Mureaux, nous devons accompagner le montage des dossiers de crédit et adopter une démarche pédagogique sur la VEFA et les prêts, dont le PTZ+ sans intérêt ou le 1 % employeur, » souligne Helène Romano.

Saclay : un énorme potentiel


Espéré pendant plusieurs décennies, le développement du plateau de Saclay démarre vraiment. L’établissement public Paris-Saclay a été créé pour ce faire en 2010 dans le cadre de la loi sur le Grand Paris. Son périmètre d’intervention s’intègre dans la vaste opération d’intérêt national partant de l’Essonne (Gif-sur-Yvette, Saclay, Massy…) et allant jusqu’à Versailles en passant par Saint-Quentin-en-Yvelines. L’interaction entre l’enseignement supérieur, la recherche et les entreprises devrait donner au site une place de premier plan dans l’économie mondiale de la connaissance. Bonne nouvelle, ce projet phare « grandparisien » commence à se faire un nom auprès des entrepreneurs. Le groupe Safran vient par exemple d’annoncer l’implantation de son centre de recherche « Paris-Saclay » à Châteaufort. Des chantiers impressionnants par leur taille ont démarré, comme le centre de recherche d’EDF livré en 2015 qui accueillera 1 400 chercheurs. La construction de la ligne 18 du métro automatique Grand Paris Express, qui sera achevée en 2030, se trouve au coeur de ce dispositif phénoménal. L’environnement buissonnier du site, certes magique, a été préservé jusqu’à présent. Cependant, les plus grands établissements d’enseignement et de recherche du pays évoluent dans des bâtiments vieillissants dissimulés au fond des bois. Il existe très peu de logements et d’infrastructures de proximité. La création de l’éco-quartier Camille Claudel à Palaiseau vient par conséquent d’apporter une bouffée d’air au renouveau urbain. D’ailleurs, une seconde phase s’envisage. Des programmes neufs sont lancés dans le centre-ville en requalification de Bures-sur- Yvette (Cogedim), à Guyancourt, Trappes, Athis-Mons… Le nouveau – et dernier – quartier de Versailles se précise sur l’ancien camp de Satory, où sortiront du sol 4 000 à 5 000 logements. Ne subsiste aujourd’hui qu’un modeste résidentiel militaire.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur