Les ventes de logements neufs doublent en Île-de-France

CARTE INTERACTIVE. Selon l’agence départementale d’information sur le logement (Adil75), les transactions progressent de 114 % en 1 an. Une augmentation qui touche l’ensemble de la région, sauf la capitale.

Les ventes de logements neufs doublent en Île-de-France
Les ventes de logements neufs doublent en Île-de-France

Après les bons chiffres de la construction exposés par le ministère du Logement ce 29 novembre 2016, c’est au tour du nombre de transactions dans le neuf en Île-de-France de faire sourire les professionnels. 5 837 logements neufs (dont 94 % d’appartements) ont trouvé preneur au troisième trimestre 2016, soit une hausse de 114 % des ventes sur ce secteur en un an.


Pour l’Adil75, l’explication d’un tel record tient au contexte économique plus que favorable que connaît actuellement le secteur : "Au troisième trimestre 2016, l’immobilier résidentiel neuf en Ile-de-France connaît un regain d’activité dans une conjoncture favorable, alimentée par le PTZ pour les primo-accédants et plus largement grâce aux taux d’intérêts encore très attractifs et une confiance retrouvée".


L’exception parisienne


Si les volumes de ventes progressent sur l’ensemble des départements (voir tableau), Paris fait exception (- 39,9 %) : "La plupart des ventes se localisent dans les arrondissements périphériques, notamment le 14ème (37 ventes), le 20ème (23) et le 17ème (15 ventes)", indique l’Adil75. "Ces trois arrondissements cumulent plus des deux-tiers (68 %) des transactions parisiennes", précise l’agence.


Logements vendus
Variation de 3èmeT15 à 3T16
Paris (75)
111
- 31,9 %
Hauts-de-Seine (92)
1 299
> 100 %
Seine-Saint-Denis (93)
889
> 100 %
Val-de-Marne (94)
983
> 100 %
Seine-et-Marne (77)
727
+ 90,3 %
Yvelines (78)
691
> 100 %
Essonne (91)
490
+ 38,8 %
Val d'Oise (95)
647
+ 98,5 %
Île-de-France
5 387
+ 114 %

Une situation qui a de quoi inquiéter : "Avec seulement 27 unités introduites sur le marché, les mises en vente reculent également, de - 81,5 % sur un an, et ce sur toutes les typologies. Les 1 pièce et les 2 pièces constituent l’essentiel (81 %) des nouveaux logements. Géographiquement, les trois-quarts des commercialisations ont eu lieu dans le 15ème arrondissement."


Avec des ventes plus nombreuses que les commercialisations, l’encours parisien diminue de 26,4 % sur un an et de 13,2 % sur un trimestre, pour un volume de 551 unités disponibles au 30 septembre 2016.


Bientôt 8 000 logements supplémentaires à Paris


Le protocole foncier signé lundi 28 novembre 2016 entre la SNCF et la mairie de Paris doit permettre de régler en partie le problème. Près de 50 hectares sont ainsi alloués à la municipalité, répartis sur 7 sites différents. (Cliquez pour agrandir).

Le protocole, valable jusqu’en 2020, doit permettre de construire quelques 8 000 logements supplémentaires dans la Ville Lumière. La plus grande parcelle (19 hectares) se situe au sud-est de la ville et concerne Bercy-Charenton. A la clé : 4 000 logements dont 60 % de HLM et 20 % d’habitats intermédiaires, des bureaux, des activités logistiques, hôtels, commerces, un collège, trois écoles et des équipements sportifs


Des prix toujours aussi chers dans la capitale


Car difficile de ne pas supposer que la cherté du m² parisien soit, entre autres facteurs, liée à la faible production de logements neufs. Si sur l’ensemble de la région, l’évolution des prix est encore disparate. A Paris, seuls deux arrondissements, le 19ème (7 977 €/m²) et le 20ème (9 324 €/m²) ont un prix moyen au m² inférieur à 10 000 €. En tête, on retrouve le 15ème arrondissement (15 844 €/m²) suivi du 16ème arrondissement (14 854 €/m²). A l’échelle de la capitale, le montant moyen est estimé à 11 267 €/m². Une somme astronomique, qui ne permet pas à l’ensemble des Parisiens de trouver un logement neuf adapté à leurs besoins.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur