Les PTZ ou prêts taux zéro

Parmi les grands gagnants des prêts constitutifs de l'apport personnel, il y a bien sûr le prêt à 0 % (PTZ) puisque son taux est nul.

Les PTZ ou prêts taux zéro
Les PTZ ou prêts taux zéro

Le prêt à 0 % (PTZ). Pour en bénéficier, vous devez être primo-accédant, c'est-àdire n'avoir pas été propriétaire de votre logement depuis au moins deux ans et acheter votre résidence principale (neuve, ancienne ou par le biais de la location accession). Cette condition tombe si vous êtes titulaire d'une carte d'invalidité (2e ou 3e catégorie), si vous bénéficiez d'une allocation au titre d'un handicap ou si vous êtes victime d'une catastrophe ayant entraîné l'impossibilité d'habiter votre résidence principale. Le prêt à 0 % est toutefois soumis à des conditions de ressources. Ainsi, si vous êtes un couple avec deux enfants, vos revenus ne doivent pas excéder 58 875 e en région parisienne, sur la Côte d'Azur ou le Genevois français, ou 40 488 e ailleurs. Les revenus que vous devez prendre en compte dépendent de la date de dépôt de votre dossier. À titre d'exemple, si votre demande est faite entre le 1er janvier et le 31 mai de l'année 2008, ce sont les revenus de l'année 2006 dont vous devrez tenir compte. Si votre demande intervient entre le 1er juin et le 31 décembre 2008, ce sont les revenus de l'année 2007 qui serviront de référence. Le montant du prêt à 0 % est plafonné. Il ne peut dépasser ni 50 % du montant des prêts de plus de deux ans qui servent à financer le logement, ni 20 % du coût total de l'opération. Pour une famille de quatre personnes, un couple et deux enfants par exemple, résidant en région parisienne et achetant un logement neuf, le prêt peut atteindre 27 500 e en région parisienne et 21 500 e ailleurs. Le remboursement du prêt à 0 % dépend de vos revenus. Plus ils sont faibles et plus vous avez de temps pour le rembourser.


Comment obtenir un PTZ majoré? Vous devez répondre à un certain nombre de conditions. Tout d'abord acheter un logement neuf. Ensuite, votre projet doit bénéficier d'une aide à l'accession sociale à la propriété sous forme d'un prêt bonifié ou d'une subvention. Un certain nombre de départements et de villes ont mis en place un prêt à 0 % complémentaire (Paris, Toulouse, Nantes…). Vos ressources doivent être modestes (plus basses que celles du PTZ puisqu'elles correspondent aux plafonds de ressources des logements HLM). Si vous respectez toutes ces conditions, la majoration peut varier de 10 000 à 15 000 e selon votre secteur d'habitation et la composition de votre famille. Qu'est-ce que le PTZ vert ? Faisant suite au Grenelle de l'Environnement et initié par le Crédit foncier et l'UNCMI (union qui est désormais appelée Union des Maisons françaises), le PTZ vert pourrait bientôt entrer en scène. Il s'agirait d'un prêt à 0 % amortissable sur 15 ans qui devrait vous concerner si vous vous engagez à effectuer des travaux dont l'objectif est d'améliorer la performance de votre logement (neuf comme ancien). Un diagnostic technique serait à réaliser au préalable. A suivre de près.


#le 1% logement, l'épargne-logement


Le 1 % logement. Là encore, pour en bénéficier, vous devez respecter certaines conditions : être salarié d'une entreprise de vingt salariés au moins, être également primo accédant ou encore en situation de mobilité professionnelle. Sachez que si vous répondez à ces critères, il vous est possible d'obtenir entre 11 200 et 17 600 e. Le prêt est remboursable sur une durée de 5 à 15 ans au taux de 1,5 % (hors assurance). Faites votre demande auprès de votre employeur ou de votre comité d'entreprise. Mais sachez que son octroi n'est pas systématique.


L'épargne logement. Si vous disposez d'un plan (Pel) ou d'un compte épargne logement (Cel), c'est le moment d'en profiter. Car avec la remontée des taux, le prêt épargne logement - un temps disqualifié - redevient attractif. D'autant qu'il vous permet de financer toutes sortes d'opérations (résidence principale neuve ou ancienne, résidence secondaire neuve, travaux de rénovation…). Le taux du prêt dépend du régime du Pel ou du Cel. À titre d'exemple, si votre Pel a été souscrit depuis le 1er août 2003, le taux s'élève à 4,20 %. Bien moins qu'un taux du secteur libre actuellement autour de 5%. Le prêt issu d'un compte épargne est encore plus attractif puisque son taux s'élève à 3,50 %, mais son montant est plus limité : 23 000 e maximum.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur