Les enjeux de la Communauté Urbaine de Bordeaux

Indicateur Bertrand : Limiter l'extension urbaine, densifier le tissu existant, assurer la mixité urbaine, tels sont les enjeux signifiés par la Communauté Urbaine de Bordeaux dans le cadre du PLU. En tant que promoteurs, comment vous positionnez-vous ?

Les enjeux de la Communauté Urbaine de Bordeaux
Les enjeux de la Communauté Urbaine de Bordeaux

Philippe Caris (FPC) : La Fédération des Promoteurs-Constructeurs a commandé une étude sur l'urbanisme de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB) et hors de ce périmètre afin d'évaluer son développement. Partant de ces analyses, nous avons transmis aux élus et aux autorités administratives des observations en soulignant la contradiction entre l'esprit de la loi SRU et la manière récessive dont va être appliqué le PLU de Bordeaux. Sur les 5 000 logements attendus dans la CUB seuls 3 500 sont réalisés tandis que le nombre de logements construits hors CUB explose littéralement.


Denis Luthereau (Icade Capri) : Je crains que le hiatus entre les principes généraux (SRU, PLU) et leur application par les administrations et les élus n'entraîne une progression du contentieux. On constate d'ores et déjà des délais de sortie des projets multipliés par deux ou trois, même si cela ne paraît pas forcément visible en raison de l'augmentation quantitative de logements réalisés.


Jean-Louis Guy (Mazarin Investissement) : Pour faire face à l'accroissement démographique, de nombreux dispositifs fiscaux ont été mis en place par l'Etat depuis longtemps, permettant d'assurer la construction d'un nombre élevé de logements. Or, les terrains nécessaires n'ont pas été mis en place. Et la principale raison de la hausse des prix du foncier se trouve dans cette demande croissante de logements face à une offre resserrée de terrains, surtout dans la CUB. A tel point que deux-tiers des constructions neuves réalisées par des professionnels le sont en dehors des 90 communes du schéma directeur parce que les terrains y sont moins chers ! Quand le litre d'essence atteint 1,50 €, il est légitime de s'inquiéter pour ceux qui s'éloignent pour acquérir leur logement. Il va bien falloir que les collectivités aient le courage de densifier des zones urbaines.


Alain Ferrasse (Eiffage Immobilier) : Que veut-on à Bordeaux ? En quoi la réalisation d'une opération de quinze étages serait-elle indissociablement reliée à une tour HLM ? La hauteur n'est pas synonyme de ghetto et il est possible d'y associer une très belle qualité architecturale. Il y a à Bordeaux un réel gâchis entre l'intelligence des personnes qui s'occupent d'urbanisme et le résultat de leur travail. La réalité des faits, c'est qu'il est nécessaire de trouver des produits qui correspondent à la capacité d'achat des acquéreurs.


Vincent Haas (Sefiso Atlantique) : Cette politique est génératrice d'exclusion d'une classe d'âge d'actifs. Dans le centre-ville, nous retrouvons des retraités ou des personnes issues des classes moyennes supérieures. Ceux qui ne peuvent ni payer de loyers élevés, ni acheter sont rejetés à trois-quarts d'heure de voiture de la ville. Nous sommes proches de la situation francilienne.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur