Les centres-villes : un bain de renouveau

Evian-les-Bains vit un renouveau. La mairie gère un projet global de rénovation du coeur de ville, centré sur la revitalisation de quartiers anciens, comme le Nant d'Enfer où le palais Lumière a été réhabilité. Cet ancien établissement thermal du 19e siècle a été reconverti en centre de congrès et culturel abritant des expositions et une médiathèque. Une partie du bâti du centre historique est reconstruite à l'identique et la place Charles-de-Gaulle, noeud central de la ville, est en cours de réaménagement. Le secteur est en partie classé avec sa patinoire du 19e, témoin du moment fort qu'a été la Belle Epoque pour Evian. La ville enfle de 8 000 à 20 000 habitants durant la saison d'été, période durant laquelle l'Evian Royal Resort accueille la deuxième compétition mondiale de golf féminin. Entre la mairie et le casino, Sagec démarre la commercialisation d'un programme à partir de 209 000 e le 2-pièces hors annexe."Ces biens ont intéressé à titre de résidences secondaires une clientèle aisée extérieure au département et même des clients venus d'Alsace", souligne le promoteur qui vient de lancer un autre programme sur les hauteurs d'Evian.

Les centres-villes : un bain de renouveau
Les centres-villes : un bain de renouveau

Thonon-les-Bains s'est aussi lancée dans la restructuration de son centre-ville et notamment du quartier face au palais de justice. Un important projet en cours donnera lieu à des programmes immobiliers et des réflexions sont menées sur la réorganisation des fonctions et du bâti du quartier de la gare. Cette ville de 30 000 habitants se situe sur les rives du Léman, en face de Genève et de Lausanne avec vue sur la Dent d'Hoche, la montagne la plus représentative des lieux. Des avantages qui ouvrent des perspectives d'investissement : à partir de 130 500 € hors annexe le 2-pièces du Central Parc de Sagec, un programme à 5 mn de la place des Arts.


Annecy entend garder ses 50 000 habitants dans un contexte fragilisé par le développement multipolaire de l'agglomération. Objectif : densification de certains quartiers, notamment centraux, en incrustant des opérations d'habitat plus ou moins importantes. Dans le centre, par exemple, une nouvelle résidence de tourisme va bientôt sortir de terre, commercialisée par Merhill et gérée par le groupe Accor. La cote touristique d'Annecy est certaine : lac où nichent ombres chevaliers et écrevisses, moyenne montagne aux alentours. C'est encore dans la périphérie des villes phares que se trouve le plus grand nombre de biens en vente. Sans être très abondants, ceux-ci sont bien situés. Dans le Genevois, à Saint-Julien, à 15 mn de Genève ou d'Annemasse, Bouygues Immobilier et Franco-Suisse commercialisent chacun un programme entre 3 200 et 3 700 €/m2. Des investisseurs à 68 % pour les deux bâtiments de Franco-Suisse. A la lisière d'Annemasse, à Vetraz-Monthoux, Promogim propose des maisons de 5-pièces sur un terrain en pente avec vue dégagée au prix moyen de 3 328 €/m2. Le promoteur a lancé deux autres opérations, l'une à Veigy- Foncenex, près de la frontière, l'autre au pied de la montagne de la Mandallaz, à La Balme-de-Sillingy. De son côté, Nexity Savoie Leman a lancé à Villy-le-Pelloux, près d'Annecy, des "maisons de village entre campagne et montagne, entre lac et rivière", explique le promoteur. Au bord du Rhône, à Seyssel, un ancien port fluvial rattaché à Genève, le même promoteur a lancé un programme de petits bâtiments de deux étages et annonce la commercialisation d'une seconde tranche. Exemple de prix : entre 151 000 et 171 000 € le 3-pièces. Bouygues Immobilier a conçu des opérations notamment à Villaz, mais aussi près du centre d'Annemasse.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur