Les acteurs du financement

Sans crédit, le marché immobilier n’existerait sans doute pas. Et de ce point de vue, banques et organismes de crédit jouent un rôle essentiel. Les contraintes de Bâle III obligent les banques à davantage de prudence. Malgré tout, plusieurs éléments soutiennent le marché.

Les acteurs du financement
Les acteurs du financement

Tout d’abord les taux de crédit extrêmement faibles. Sur 15 ans, il est possible d’emprunter à 3 %, voire moins. Outre les banques traditionnelles, certains établissements se sont fait une spécialité du financement immobilier. C’est le cas du Crédit Foncier, acteur de référence du financement de l’accession à la propriété depuis 160 ans. Aujourd’hui adossé au groupe BPCE, l’établissement qui avait diversifié ses activités ces dernières années, les recentre désormais sur son coeur de métier : l’accession sociale et le financement immobilier. D’autant que les conditions de refinancement sont excellentes. " Les taux des OAT sont très bas et en dépit des tensions subies avant l’été, les marchés financiers ont mis la France du côté des bons élèves de la zone euro, grâce à son engagement réitéré de contenir ses déficits à 3 % en 2013 ", note Bruno Delétré, le directeur général du Crédit Foncier. Parmi les banques, il y a bien sûr tous les généralistes. BNP Paribas, présidé par Baudouin Prot, Crédit Agricole SA (présidé par Jean-Marie Sander), LCL (présidé par Jean-Paul Chifflet), BPCE (présidé par François Pérol), la Société Générale (présidée par Daniel Bouton), La Banque Postale (Jean-Paul Bailly, P.-D.G. de La Poste SA et du conseil de surveillance de la Banque Postale) et bien d’autres encore.


 


 


De son côté, Crédit Logement, né dans les années soixante-dix de la volonté de grandes banques, a garanti 6,5 millions d’emprunteurs depuis sa création. D’autres acteurs ont changé la donne en matière de financement immobilier : les courtiers. Car s’ils étaient peu nombreux il y a quinze ans, ils le sont beaucoup plus de nos jours. Ce qui permet aux candidats à l’acquisition d’obtenir des conditions de prêt qu’ils n’auraient peut-être pas obtenues en passant directement par leur banque. Parmi les plus importants, Cafpi. " J’ai créé Cafpi pour rendre le crédit plus simple et plus accessible à chacun ", se remémore Elie Assouline, président fondateur du groupe. Et dans un contexte délicat comme aujourd’hui, le recours à un courtier paraît plus sage. " Ceux qui ont envie d’acheter doivent plus que jamais con) er leur destinée d’emprunteurs à un courtier ", note de son côté, Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi. Ce n’est pas Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole d’Empruntis qui le contredira.


 


 


Dans un contexte marqué par l’inquiétude des emprunteurs, " les particuliers font appel à des courtiers pour le conseil, l’accompagnement et l’expertise. Ils sont également nombreux à nous solliciter pour renégocier leur crédit immobilier et bénéficier des taux historiquement bas, confirme Hervé Hatt de Meilleurtaux.com. Autre courtier qui compte, ACE et son président Joël Boumendil, Ari Bitton d’AB Courtage qui s’est aussi imposé comme un des leaders du courtage. Même chose pour Crédixia (présidé par Alain Todini), Artemis Courtage présidé par Ludovic Huzieux, VousFinancer.com dirigé par Jérôme Robin ou encore In & Fi Crédit présidé par Pascal Beuvelet.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur