Le Val-de-Marne, côté prix

Le 94 est l’une des terres de prédilection des coopératives en Ïle-de-France, comme le Groupe Gambetta. Ces acteurs particuliers de la promotion génèrent des prix de sortie plus doux que les opérateurs classiques et pratiquent à l’accession sécurisée

Le Val-de-Marne, côté prix
Le Val-de-Marne, côté prix

De l'accession sécurisée


Cela signifie qu’ils assurent à l’accédant, en cas d’incident de la vie, une garantie de rachat, revente et relogement dans le parc HLM, qu’ils gèrent par ailleurs. A leur actif également : la mise en place de produits en location-accession permettant à de petits budgets en primo-accession de se constituer une épargne avant l’achat. Un mécanisme qui fonctionne très bien en ces temps d’incertitude. Le Groupe Gambetta pilote trois promotions dans le 94, à Limeil-Br.vannes, Ivry et L’Ha.-les-Roses. Expantiel Promotion appartient aussi à cette catégorie de promoteurs et gère sept programmes val-de-marnais (Orly, Limeil-Brévannes, Valenton, Bonneuil, Choisy, Fresnes et Le Kremlin-Bicêtre). "  Nos programmes tournent un petit peu au-dessus de 3 000 €/m2, explique Frédéric James, directeur des ventes. Au-dessous de ce prix, c’est pratiquement impossible de construire en Île-de-France. "  A Bonneuil, où Expantiel est le seul promoteur présent, les scores sont satisfaisants : 60 % du programme ont été écoulés en deux mois. Cela fait huit réservations par mois, un résultat tout à fait honorable par rapport à la moyenne francilienne de deux à trois réservations mensuelles. Le programme est présenté à 3 100 €/m2, parking compris, avec la TVA réduite à 7 % des zones Anru. Tous les programmes du promoteur se situent dans des sites en rénovation urbaine. "  Ce n’est plus la même clientèle qu’au départ de la rénovation urbaine, poursuit le promoteur. Pour notre part, nos acheteurs ont un revenu de 40 000 € par an et une capacité d’emprunt, avec apport personnel, de 200 000 €. Ce sont des primo-accédants aisés ".


 


Vincennes : une offre rare et chère


Le pourtour du Bois de Vincennes fournit le vivier le plus haut de gamme du département. Ici le bel ouvrage se distille à petite dose et au prix fort. Les clients sont des cadres, pour la plupart secondo-accédants, et des seniors à pouvoir d’achat conséquent. Les rythmes de commercialisation demeurent assez peu élevés, mais ce n’est pas toujours le cas compte tenu de la rareté de l’offre. A Joinville, Eiffage Aménagement réalise un petit quartier de centre-ville, où Eiffage Immobilier a lancé un programme à 6 100 €/m2. Le promoteur est aussi présent à Nogent à 8 000 €/m2. Franco Suisse a lancé dans la ville un programme de 60 lots au même prix, dont sept lots restent à disposition.


 


Léger ralentissement à Fresnes


Les commercialisations de la Zac de la Cerisaie, à Fresnes, n’ont pas aussi bien fonctionné que prévu. 850 logements collectifs avaient été programmés, l’ambition étant de drainer une clientèle des Hauts-de-Seine. Mais l’offre est déjà bien fournie à Massy, Palaiseau, Antony et Châtenay. Finalement, la clientèle est venue de Wissous et de Rungis avec un pouvoir d’achat plus limité que dans le 92. Par ailleurs, les opérateurs sont en nombre important. On croise Eiffage Immobilier, Icade, Paris Ouest, Akerys, Crédit Agricole immobilier… "  Dans le contexte actuel, il faut une concurrence raisonnée entre les promoteurs et éviter de lancer tous les projets en même temps, remarque Eric Bourse, directeur opérationnel d’Eiffage Immobilier Île-de-France. Les prix abordables sont nécessaires, car nous intéressons une clientèle que nous ne pouvions plus atteindre. Quand les acquéreurs ont le sentiment de faire une bonne affaire, ils se lancent. "

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur