Le renouvellement de A à Z

A ce renouveau de la typologie du logement, s'ajoute le désenclavement du quartier autour de deux axes structurants : le premier, est-ouest, en relation avec les communes riveraines de l'Ouest, la Vallée de la Saône, la plate-forme multimodale de Vaise (bus, métro, train) et le centre de Lyon ; le second, nord-sud, traversant le coeur du quartier, d'où s'organiseront des rues nouvelles bordées d'arbres et des îlots à construire. Le parc du Vallon sera par la même occasion réaménagé.

Le renouvellement de A à Z
Le renouvellement de A à Z

L'enjeu phare reste de "réduire les écarts" en termes socio-économiques, remarque Louis Lévêque, adjoint à l'urbanisme en charge de l'habitat. Inscrite dans un vaste GPV (Grand projet de ville) qui rassemble Rillieux-la Pape, Vénissieux, Vaulx-en-Velin et Lyon, le projet de La Duchère bénéficie de financements et d'appuis qui permettront de revitaliser le tissu économique, favoriser l'insertion sociale et dynamiser les lieux de loisirs. Au programme entre autres : constitution d'une zone franche urbaine à partir d'août 2006 pour attirer les commerces et les entreprises, développement d'ici à 2015 de bureaux et de locaux d'activités, mise en place depuis septembre d'une maison de l'emploi et de la formation professionnelle, construction d'un gymnase et d'une halle d'athlétisme d'envergure régionale en complément du stade de Balmont et des infrastructures existantes, ouverture de deux nouveaux groupes scolaires pour enrichir l'offre actuelle (cinq groupes scolaires, un collège et la Martinière, le plus grand lycée de la région). Le planning est respecté, malgré l'Anru (Agence de renouvellement urbain) qui a retardé son financement, victime de son succès à l'échelon national. Les conditions semblent toutefois bien amorcées pour que ce quartier noyé sous les préjugés refasse surface. Cela d'autant que qui permettront de revitaliser le tissu économique, favoriser l'insertion sociale et dynamiser les lieux de loisirs. Au programme entre autres : constitution d'une zone franche urbaine à partir d'août 2006 pour attirer les commerces et les entreprises, développement d'ici à 2015 de bureaux et de locaux d'activités, mise en place depuis septembre d'une maison de l'emploi et de la formation professionnelle, construction d'un gymnase et d'une halle d'athlétisme d'envergure régionale en complément du stade de Balmont et des infrastructures existantes, ouverture de deux nouveaux groupes scolaires pour enrichir l'offre actuelle (cinq groupes scolaires, un collège et la Martinière, le plus grand lycée de la région). Le planning est respecté, malgré l'Anru (Agence de renouvellement urbain) qui a retardé son financement, victime de son succès à l'échelon national. Les conditions semblent toutefois bien amorcées pour que ce quartier noyé sous les préjugés refasse surface. Cela d'autant que les classes moyennes s'intéressent au projet : "Nous avons participé à une opération semblable à Pierre Bénite entre 2002 et 2004. A l'époque, les classes moyennes ne s'étaient pas manifestées, signale Eric Verrax, le directeur de Spirit Grand Sud. Mais aujourd'hui, c'est différent. Elles viennent à La Duchère pour les prix proposés car les tensions du marché sont plus fortes." Si ce pari de la mixité réussissait, l'opération de La Duchère pourrait devenir un cas d'école.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur