Le profil type du Morbihannais

Retraité, aisé, mobile... Tel est l'habitant duMorbihan d'aujourd'hui et de demain, selon la dernière étude sociologique duConseil général.

Le profil type du Morbihannais
Le profil type du Morbihannais

L'Ouest attire, et le Morbihan tire tout particulièrement son épingle du jeu.


Selon le portrait socio-économique 2008 dressé par le Conseil général du Morbihan, 100 000 personnes supplémentaires y sont attendues d'ici à 2030. Aujourd'hui, la population se concentre essentiellement sur le littoral.


Sur les communes du Golfe et des plages lorientaises, un logement sur deux est une résidence secondaire, habitée pour les vacances ou en tout cas une partie de l'année, notamment par de futurs ou de jeunes retraités.


Le Morbihan et son littoral en particulier, sont en effet confrontés à un problème de vieillissement de la population. On estime que les 60 ans et plus y seront 120 000 de plus d'ici à 25 ans, alors que les jeunes ménages, de leur côté, sont nombreux à quitter la région.


La part des plus de 75 ans progresse fortement, de 15 % entre les deux derniers recensements.


La situation évolue aussi parmi les plus jeunes.


La population est stable en ville, à Vannes, Pontivy ou Auray. Elle augmente en revanche sur les première et seconde couronnes, le long des grands axes de communication.


On compte ainsi de plus en plus d'élèves en périphérie de Vannes, Auray ou Malestroit, des ouvertures d'écoles à Questembert ou Lauzach. L'afflux des familles se constate également sur les routes. Parallèlement à l'augmentation du nombre de lotissements et des résidences proposées aux nouveaux Morbihannais, l'étude du département souligne un accroissement du trafic routier, ainsi que la progression du TGV, à Vannes et Auray en particulier, et du TER.


À l'inverse, le nord-ouest du département peine à se dynamiser. Il se dépeuple même peu à peu, du fait de son éloignement des grands centres-villes et des bassins d'emploi.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur