Le PAS, un bon complément

Si vous êtes primo-accédant et que vous avez droit au PTZ, pensez aussi au prêt à l’action sociale qui vous offre des avantages.

Le PAS, un bon complément
Le PAS, un bon complément

Il n’est pas tout à fait un prêt aidé comme le PTZ. Plus précisément, il s’agit d’un prêt réglementé de la famille des prêts conventionnés. Il finance uniquement la résidence principale neuve ou ancienne. Il vous est accordé sous réserve que vos ressources n’excèdent pas des plafonds (51 000 € pour une famille de 4 personnes en région parisienne ou 43 000 € dans une grande ville de province). Mais, bonne nouvelle, le plan de relance annoncé par le gouvernement au début de l’été prévoit un rehaussement des plafonds de ressources de ce prêt qui s’alignera désormais sur le PTZ de l’État pour plus d’efficacité. Il complète bien le PTZ, même si son taux n’est pas plus attractif qu’un prêt bancaire classique. En revanche, il offre de nombreux avantages. Tout d’abord, avec un PAS, vous pouvez financer jusqu’à 100 % de votre acquisition sur une très longue durée, en principe jusqu’à 30 ans, mais le contrat peut offrir la possibilité d’aller jusqu’à 35 ans. Le prêt est aussi soumis à des frais réduits. Les frais liés à l’établissement du dossier sont limités à 500 € et il n’y a pas de frais supplémentaires en cas de prêt modulable. La garantie hypothécaire est exonérée de taxe de publicité foncière. Enfin, les honoraires du notaire sur le contrat de prêt sont également diminués. Un de ses principaux atouts tient aussi au fait que vous devenez éligible à l’Aide personnalisée au logement (APL) qui viendra, si elle vous est accordée, réduire votre mensualité. Attention : dans certains cas limités, l’allocation logement peut être plus avantageuse que l’APL et vous pouvez donc avoir avantage à souscrire un prêt bancaire classique pour en bénéficier. Renseignez-vous auprès de l’Adil de votre département !

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur