Le palmarès de l'immobilier neuf

4e, 2e et 6e arrondissements. Terre de la prisée Croix-Rousse, le 4e demeure le “must”, à 4 595€/m2. L'offre y est très rare. À titre d'exemple, à la fin de l'année 2008, un seul appartement neuf était en vente. Second de la liste, le 2e arrondissement atteint 4 479€/m2 ; 16 opérations en cours concentrent plus de 200 logements, essentiellement sur La Confluence, le futur centre-ville contemporain de Lyon. Au coeur du quartier, trois programmes (Nexity Apollonia, Bouwfonds Marignan et ING/Atemi) ont le potentiel pour combler le désir d'un appartement “archi”, lumineux, écologique et en duplex… mais au prix fort. Le 6e n'est pas aussi généreux, puisqu'il n'a plus en portefeuille qu'une poignée de lots de Cogedim à 4 139 €/m2 de moyenne, près du parc de la Tête d'Or ou de la rue d'Inkermann.

Le palmarès de l'immobilier neuf
Le palmarès de l'immobilier neuf

3e et 7e arrondissements. Le 3e, périmètre du quartier d'affaires de la Part-Dieu, joue le volume avec près de 300 logements disponibles à 3 857 €/m2. Les tarifs des Jardins de La Buire, l'aménagement majeur, ont été rattrapés par le marché. Chère lors de son lancement en raison de sa qualité architecturale, la gamme se situe désormais dans la moyenne, entre 3 800 et 4 200 €/m2. Ce quartier tertiaire et résidentiel, conçu autour d'un parc et livré très prochainement, a achevé 82 % de sa commercialisation. Avec une vingtaine de projets totalisant également près de 300 appartements disponibles, le 7e arrondissement caracole à 3 686 €/m2. Étant donné que Gerland n'a pas encore l'aura que le Grand Lyon voudrait bien lui donner, ces prix sont élevés. Cela explique le repositionnement en cours de programmes de la Zac du Bon Lait. Des produits méritent la visite pour leur belle facture : ainsi, le Rubis (Bati Conseil), à l'esthétisme couronné d'une Pyramide d'argent 2008, et Esprit Rive Gauche (Diagonale), d'inspiration années 30 et livré au 1er trimestre 2009, rue Yves Farge.


8e et 9e arrondissements. L'offre du 8e est constituée de 400 appartements à 3 465 €/m2. Deux grands pôles près de la Maison de la Danse, la Villapollonia (Nexity) et Covent Garden au coeur de Swing Park (Icade), achèvent leur commercialisation.


Le 9e arrondissement maintient sa réputation d'arrondissement le moins cher avec 250 appartements dans les bureaux de vente à 3 139 €/m2. Vaise est dans ces prix, mais La Duchère, requalifiée dans un Grand projet de ville, affiche des tarifs plus doux grâce à la TVA réduite à 5,5 % (2 400 à 2 500 €/m2). Ici, comme dans d'autres arrondissements, des opportunités sont à saisir. Par exemple, depuis un an, Apricot Immobilier a livré son programme en limite de la Duchère, près de la clinique de la Sauvegarde. “Nous n'avons pas constaté de problème de commercialisation jusqu'en juin 2007, remarque la négociatrice. Les désistements ont commencé à partir de la crise financière.Des clients potentiels continuent de nous contacter,mais ne peuvent pas dépasser 160 000 € pour un 3-pièces”. La responsable commerciale se dit prête à consentir des efforts financiers, comme l'offre des frais de notaire et d'une partie du garage.


Fin janvier, un 3-pièces à 187 000 €et un 5-pièces à 268 000 €(TVA à 5,5 % comprise) étaient disponibles pour une entrée immédiate dans les lieux. En un an, les “stocks durs” (livrés et non vendus) de l'agglomération ont doublé et représentent 13 % de l'offre.


Caluire-et-Cuire et Villeurbanne. Dans ces deux communes qui jouxtent Lyon sans fracture urbaine, les tarifs sont compris dans une fourchette de 3 300 et 3 500 €/m2 : 30 logements à Caluire, dont le Terre de Ciel de Nexity George V, livré ce trimestre ; 500 appartements à Villeurbanne, parmi lesquels 150 sur le quartier recherché du Gratte-Ciel (3 457 €/m2), un peu plus de 100 à Grandclément où joue la présence des transports en commun (3 455 €/m2) et 80 dans le quartier des Maisons-Neuves, un secteur de qualité et abordable (3 300 €/m2).


“À mon avis, les acquéreurs ont intérêt à se positionner sur le marché lyonnais, où se trouve une offre dans de bons secteurs et livrable immédiatement, reprend Laurent Escobar. Après avoir revu leurs tarifs et leurs gammes, les promoteurs devraient sortir de la crise vers 2010 et refournir le marché au compte-gouttes. Les clients, en position de force actuellement, pourraient alors vivre un retournement de tendance.”



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur