Le neuf devient attractif dans le 94

Après des hausses importantes, les prix ont tendance à se stabiliser dans le Val-de -Marne, dont le marché est valorisé par l’effet Grand Paris et l’arrivée du supermétro.

Le neuf devient attractif dans le 94
Le neuf devient attractif dans le 94

Les prix dans le département du 94


L’immobilier val-de-marnais s’est considérablement valorisé l’an dernier. En enregistrant la hausse annuelle la plus importante de la région, le prix de l’appartement neuf a gagné près de 15 %, à 5 100 €/ m2 de moyenne. Après Paris et les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne devient le département le plus cher d’Ile-de-France, loin devant maintenant les Yvelines à 4 430 €/m2. Depuis cette année, les prix semblent se stabiliser. Durant les premiers mois, les prix à Alfortville se situaient autour de 5 800 €/m2, à Choisy dans les 4 800 €/m2 et à Vitry autour de 4 400 €/m2. Maisons-Alfort figure parmi les bâtisseuses du moment. Dans un quartier assez pavillonnaire, le Carré des Impressionnistes de MDH vient par exemple d’être lancé le 15 mars à 5 000 €/m2 avec une TVA à 7 % (5 600 €/m2 de moyenne avec TVA classique) « C’est un bon petit programme de 17 appartements, argumente le négociateur. Maisons-Alfort plaît aux Parisiens, notamment ceux du XIIe arrondissement, pour sa proximité avec la capitale et son métro. Les valeurs sont moins élevées qu’à Charenton ou Saint-Mandé. Dans un registre plus populaire, Ivry-sur-Seine intéresse aussi des Parisiens à la recherche d’une plus grande superficie aux portes de la capitale. Dans le projet Ivry-Confluences, 5 000 logements vont sortir de terre, dont des programmes spécifiques pour les étudiants, les personnes âgées, les chercheurs… BNP Paribas Immobilier et le groupe Gambetta démarrent la commercialisation de programmes dans la ville.


De futures opérations immobilières


Dans l’ensemble, les tarifs à Ivry tournent autour de 4 500 €/m2. Depuis l’achèvement de son quartier du canal près des bords de Marne, Le Perreux-sur-Marne a peu construit, faute de réserves foncières. Les temps changent : « Des maisons à la belle superficie de terrain n’ont pas trouvé de repreneurs compte tenu des prix immobiliers très élevés du moment, déclare-t-on au service d’urbanisme de la mairie. Des promoteurs immobiliers les ont donc acquises quand elles étaient situées dans les zones urbaines, où le coefficient d’occupation des sols est assez élevé pour construire un immeuble. » Comme dans les autres quartiers du Perreux, cette nouvelle production se veut élégante et de petite taille. Parmi les opérateurs, on trouve des acteurs locaux : Chardin Immobilier et la SCI Villa Claudia 2. Des majors de la promotion sont aussi présents, dont Kaufman et Broad, Arc Promotion, MDH Promotion, Les Nouveaux Constructeurs et Ogic. A l’image de Nogent, sa voisine, Le Perreux offre un statut résidentiel. Il faut compter de 6000 à 6500 €/m2 sur le marché du neuf. Le 3-pièces se négocie à près de 350 000 € et la petite surface autour de 200 000 €. La ville, déjà proche de deux gares RER (Neuilly-Plaisance et Nogent), sera connectée au supermétro via la station du Val de Fontenay.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur