Le marché des Landes et du Pays basque

Dans un contexte national difficile, le volume des ventes de l’aire urbaine de Bayonne n’a baissé que de 8 % en 2012 par rapport à l’année 2011, ce qui ne manque pas d’interroger.

Le marché des Landes et du Pays basque
Le marché des Landes et du Pays basque

Comment expliquer cette relative stabilité du marché ? Laurent Vidal apporte un éclairage : " Comme partout ailleurs, le dispositif Scellier a bien fonctionné, mais depuis déjà quelques années, la part des résidences principales est plus importante que la moyenne nationale. En 2011, la part était de 47 % et de 55 % en 2012 : il s’agit de résidences principales classiques, dont une part est composée de logements en accession sociale, qui représente entre 15 et 20 % de cette part. " L’attractivité du secteur et les besoins démontrent la présence d’une forte croissance démographique localement, pour laquelle les collectivités et les promoteurs ont répondu, soit par le biais d’opérations d’aménagements, soit avec des opérations de logements collectifs en diffus. Quant au prix moyen sur le périmètre, il est de 3 696 €m2 habitable, parking compris. Bien qu’élevé, il reste stable depuis un certain temps puisqu’il se situait à 3 728 €/m2 en 2011 et 3 686 €/m2 en 2010 : " Le prix global masque cependant des disparités, prévient le représentant de la FPI. Les mises en vente affichent des prix inférieurs tandis que d’autres biens plutôt situés en front de mer ou très bien placés se situent à des prix bien plus importants. " Quant à la résidence secondaire, bien qu’il y ait toujours des projets du côté de Capbreton, Anglet ou Bayonne, ceux-ci restent rares et ne représentent tout au plus que 2 à 3 % de la production annuelle.


 


 


Un marché secondaire résistant 


Cependant, un autre phénomène contribue à alimenter le marché de la résidence principale : " Beaucoup d’accédants locaux, toutes catégories socioprofessionnelles confondues, revendent une maison, pour se tourner vers des biens plus confortables, ajoute Laurent Vidal. Certains seniors n’ont pas hésité, également, à utiliser le dispositif Scellier pour disposer plus tard d’un pied-à-terre ou d’un logement en résidence secondaire. " Comment va évoluer ce marché " résistant " comme le qualifie Alexandra François-Cuxac, dirigeante d’AFC promotion et vice-présidente nationale de la FPI ? Présente à Capbreton, avec Cap’Key Largo - 40 appartements face au port, livrables au deuxième trimestre 2014, elle déclare au regard de la commercialisation de son opération : " Nous notons un vif intérêt des investisseurs locaux et patrimoniaux. C’est cependant normal, dans la mesure où nous sommes sur un emplacement rare. Nous observons des propriétaires situés dans l’arrière-pays landais qui n’hésitent pas à revendre leur maison de Dax ou Mont-de-Marsan pour venir ici. "


 


Des logements à la carte


Le premier trimestre 2013 ne dément pas les analyses fondées sur les résultats de 2012. Non seulement les investisseurs commencent à se pencher sur le dispositif Duflot, car le référentiel des loyers semble bien adapté, mais en matière d’accession, le rythme est encourageant : " Nous notons une bonne dynamique sur des prix compris entre 3 300 et 3 500 €/m2 pour de jeunes ménages qui se lancent dans la primo-accession ", précise Laurent Vidal. Entre les Landes et le Pays basque, des opérations significatives voient le jour, à l’instar d’AFC promotion qui réalise une résidence en accession à la propriété à Ondres. Dans cette commune bordée de plages, Fonta Clara propose 23 appartements (2 et 3 pièces) pour courant 2014. Toujours à Ondres, Bouygues Immobilier livrera, lui, dès le troisième trimestre 2014, Le Cottage des Lys, 18 appartements, du studio au 4 pièces et 15 maisons individuelles de 4 et 5 pièces avec terrasses en bois, sur un terrain arboré, à 1,5 km de la plage. Enfin, entre Capbreton et Ondres, Kaufman Broad signe à Labenne, Résidence D’Oyats. À Saint-Martin-de-Seignanx, dans les Landes, mais non loin de Bayonne, c’est Amaïsadis, une résidence de 84 logements, que le même promoteur réalise. À Bayonne, Bouygues Immobilier réalise Baiopolis, sur le boulevard d’Alsace-Lorraine, dans le quartier Saint-Esprit, tandis qu’à Biarritz, Kaufman Broad construit la résidence Villa Impériale. Plus au Sud, à Ascain, ville en pleine expansion, située à six kilomètres de Saint-Jean-de-Luz, Pitch Promotion signe la résidence Oberena. Pour conclure, le représentant régional de la FPI qui est aussi directeur de l’agence Bouygues Immobilier de Bayonne, se dit confiant : " L’investisseur sait qu’il ne peut pas se tromper sur du long terme. C’est un territoire qui a de l’avenir ! "

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur